Musée d’ethnographie de Genève : Jean Dubuffet, un barbare en Europe

On 06 October 2020, by Anna Aznaour
Jean Dubuffet (1901-1985), Galeries Lafayettes, 8 mai 1961, gouache sur papier, 49 66 cm, détail, musée des Arts décoratifs, Paris.
© MAD, Paris/Jean Tholance © 2020, ADAGP, Paris

« Si je devais sauver des flammes une seule œuvre de Jean Dubuffet ? Ce serait sans conteste son ouvrage Oriflammes ! Un condensé de toute sa pensée… », confie Baptiste Brun, commissaire des trois expositions consacrées à l’artiste havrais. Contrairement aux deux précédentes, à Marseille et à Valencia (Espagne) en 2019, celle-ci se focalise sur le rapport de Dubuffet avec la ville de Genève. Une sorte de retour aux sources puisque c’est – indirectement – grâce au MEG qu’il a conçu son désormais célèbre concept « d’art brut ». Une découverte qui lui fera affirmer plus tard : « Le vrai art, il est toujours là où on ne l’attend pas. Là où personne ne pense à lui ni ne prononce son nom. » Comme dans un asile psychiatrique genevois ! En 1945, le médecin aliéniste Charles Ladame – auprès de qui Eugène Pittard, alors directeur du MEG, l’introduit –, lui présente les œuvres de ses patients internés. Une révélation : l’ex-marchand de vins, qui avait fait sa première exposition, largement rejetée du public et de la critique, à l’âge de 43 ans, est enfin sur la bonne piste. D’ailleurs, en visitant les riches collections qui mêlent les cent cinquante œuvres de Jean Dubuffet à presque autant de trésors qui l’inspirèrent, produits par des marginaux ou des inconnus, il est difficile d’ignorer leurs influences évidentes sur ses productions. Ainsi, une étrange ressemblance saute aux yeux avec les tableaux de l’Italien Carlo Zinelli, revenu traumatisé de la guerre d’Espagne et interné définitivement pour schizophrénie en 1947, après avoir subi des traitements aux électrochocs. Parmi les pièces les plus symboliques de cette exposition, Le Boudeur, une sculpture en bois trouvée sur une plage de Vince (Alpes-Maritimes) et signée Jean Dubuffet. Ou encore le tableau à l’animal énigmatique d’Heinrich Anton Müller, devenu fou après s’être fait voler son invention. Autant d’allégories sur l’aléatoire des destins, à voir et à méditer…

Musée d’ethnographie de Genève (MEG)
65, boulevard Carl-Vogt, Genève, tél. 
: +41 22 418 45 50. 
Jusqu’au 28 février 2021.
www.ville-ge.ch/meg/
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe