Gazette Drouot logo print

Les purs-sangs du monde automobile

Published on , by Caroline Legrand

Le palais des Congrès de Beaune sera le théâtre ce dimanche d’une importante vente de voitures de collection. Bugatti, Porsche, Buick, Jaguar… Faites votre choix !

Bugatti T37A, reconstruction par Pur Sang Argentine, numéro de série 40357.Estimation :... Les purs-sangs du monde automobile
Bugatti T37A, reconstruction par Pur Sang Argentine, numéro de série 40357.
Estimation : 280 000/320 000 €

Les Bugatti T37 A sont désormais rarissimes, et très onéreuses sur le marché. C’est ainsi que des reconstructions en ont été réalisées afin d’assouvir les désirs des fervents collectionneurs de la marque créée par Ettore Bugatti, en 1909, à Molsheim-Dorlisheim en Alsace. Celle-ci relève d’une production ancienne de Pur Sang en Argentine, la plus importante entreprise consacrée à la reconstruction de bolides de la marque qui utilisa à partir de 1923, à des fins publicitaires, la désignation de « pur sang » pour qualifier ses voitures. En 1926, Ettore et son fils Jean poursuivirent leur fantastique gamme de voitures de course avec la T37. Elle fut, avec la T35 sortie deux années auparavant, la première de sa catégorie à être commercialisée sur catalogue. La T37A a été fabriquée à environ 280 exemplaires entre 1926 et 1930. Elle présente un châssis et une carrosserie similaires à la T35, mais avec un moteur quatre cylindres et des roues à rayons métalliques. Une autre reconstruction est à signaler lors de cette vente : celle d’une Mercedes Simplex de couleur beige. Cette réplique de la voiture ayant gagné le Grand Prix de France en 1908 est une pièce unique, annoncée à 200 000/250 000 €. On restera du côté des sportives avec une Porsche 911 de 1992, qui relève de la nouvelle génération du modèle, lancée en 1989, proposant dans cette version 3,81 RSR des moteurs capables d’être engagés en compétition. Prévoir 270 000/320 000 € pour son acquisition. La Jaguar Type E fut la sportive incontournable des années 1960 et 1970, très appréciée pour son profil unique, au nez allongé, mais aussi en raison de ses suspensions et d’une tenue de route impeccable. 160 000/200 000 € seront demandés pour un exemplaire de 1967, couleur or, de sa série 1. Quoi de mieux pour terminer la course qu’une belle américaine, la Buick Super Eight de l’année 1940 ? À cette époque, elle était l’image même de la modernité. Représentant le haut de gamme de la firme, elle se distinguait aisément avec ses dimensions gigantesques et l’imposante calandre soulignée de barrettes chromées horizontales, sans oublier ses phares, dits « pontons », intégrés aux ailes… Elle fut produite de 1940 à 1958. Annoncée à 60 000/90 000 €, celle ici proposée en bon état de conservation a appartenu, selon son propriétaire, à la famille Bulgari.
 

Buick Super Eight, mise en circulation le 1er janvier 1940, moteur huit cylindres en ligne de 5,4 l. Estimation : 60 000/90 000 €
Buick Super Eight, mise en circulation le 1er janvier 1940, moteur huit cylindres en ligne de 5,4 l.
Estimation : 60 000/90 000 
Sunday 03 July 2022 - 14:00 (CEST) - Live
Palais des Congrès, 19 avenue Charles-de-Gaulle - 21200 Beaune
Alexandre Landre
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Welcome La Drouot Gazette offers you 2 Articles.
You still have 1 article(s) left to read.
I subscribe