Gazette Drouot logo print

Le grand XVIIIe entre peinture et mobilier

Published on , by Anne Doridou-Heim
Auction on 21 June 2019 - 13:30 (CEST) - Salle 1-7 - Hôtel Drouot - 75009

Un inconnu perruqué portraituré par Nicolas de Largillière ouvrait une voie princière au XVIIIe siècle, et notamment à ses productions mobilières.

Nicolas de Largillière (1656-1746), Portrait d’homme en habit rouge, huile sur toile,... Le grand XVIIIe entre peinture et mobilier
Nicolas de Largillière (1656-1746), Portrait d’homme en habit rouge, huile sur toile, 80 62 cm.
Adjugé : 121 220 

Dans cette vente à la teneur classique de très bon niveau, on attendait la commode marquetée en bois de violette de losanges attribuée au «Maître aux pagodes». Cette appellation a été donnée par l’expert Alexandre Pradère à un ébéniste parisien ayant travaillé entre 1730 environ et 1745 et auteur d’un corpus restreint de meubles de haut vol (voir l'article Un ébéniste mystérieux de la Gazette no 23 du 14 juin, page 85). Le modèle en question, dont les origines demeurent donc assez mystérieuses, n’a pas démérité et a atteint 63 800 €. Il a cependant été coiffé par ce Portrait d’homme en habit rouge et à l’abondante perruque, reçu à 121 220 €. Le pinceau qui l’a immortalisé est celui de Nicolas de Largillière (1645-1745), et l’historien d’art Dominique Brême auteur du catalogue raisonné du peintre bientôt publié le situe vers 1705. On y retrouve toute la virtuosité de l’artiste dans l’exécution du magnifique drapé rouge crissant, de la coiffure bouclée, ainsi que dans l’acuité du regard de ce personnage certainement très haut placé. Dès la fin du XVIIe siècle, le talent de l’artiste à faire vibrer la lumière et à mettre de la chaleur dans les coloris pour magnifier ses portraits éclipse celui du peintre vieillissant François de Troy (1645-1730). Il va ensuite se partager un marché florissant de commandes avec Hyacinthe Rigaud (1659-1743) : au second d’illustrer brillamment la cour, alors que lui va se consacrer aux membres éminents de la bourgeoisie. Un autre tenant du XVIIIe siècle s’est fait remarquer en la personne d’Hubert Robert (1733-1808). Une paire de toiles de sa main représentant des Buveurs à la fontaine d’un obélisque et des Femmes et enfant au pied d’une colonne (242 63,5 cm chacune) était décrochée à 58 696 €. Ces œuvres peuvent être rapprochées de sa série des «Jeux d’eau» réalisée pour le comte d’Artois et aujourd’hui conservée au Metropolitan Museum de New York. Quelques numéros plus loin, une sculpture n’échappait pas non plus à l’œil des spécialistes. Il s’agissait d’une épreuve en terre cuite du fameux Chinois no 1 de Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875). Portant le cachet de l’atelier du maître, cette statue en buste à la belle présence s’envolait à 49 764 €, décuplant son estimation.

Friday 21 June 2019 - 13:30 (CEST) - Live
Salle 1-7 - Hôtel Drouot - 75009
Thierry de Maigret
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Welcome La Drouot Gazette offers you 2 Articles.
You still have 1 article(s) left to read.
I subscribe