Le design libère le vin

On 26 March 2019, by Mikael Zikos

Près d’une centaine d’objets, réels ou détournés, sont à découvrir à la Cité du Vin de Bordeaux. Ou comment croiser, dans le cadre d’une exposition, les pratiques du verre et de la vigne pour ouvrir la voie à d’autres manières de consommer le vin.

Arik Levy, JAR RGB, 2013, Prague, Lasvit.
© Photo Arik Lev


R enversant !» est l’une des premières expositions à traiter des liens entre le design et le vin
via le verre. Parmi les créations, récentes ou emblématiques, qui s’approprient les formes habituelles des contenants, design industriel, éditions limitées et pièces uniques constituent l’essentiel du panorama. De la carafe au verre, de la bouteille au service de table, on y retrouve des pièces fonctionnelles comme les verres Ovio (1983) d’Achille Castiglioni (voir Gazette n° 43, décembre 2018), reconnaissables à leur anneau en silicone permettant une prise en main parfaite. On ne saurait passer sous silence le fascinant Jardin d’addiction (2009) du duo de plasticiens marseillais Christophe Berdaguer et Marie Péjus, dont les tiges de plantes imaginaires, modélisées, diffusent les odeurs capiteuses du vin mais aussi des drogues, au parfum d’ivresse. Cette création fait partie des œuvres d’artistes à caractère sculptural présentées ici, comme la Bouteille estomac (1993) de Fabrice Hyber (reproduite page 233). «L’exposition aurait pu juste se concentrer sur les typologies formelles, mais l’idée était d’élargir les références pour questionner la consommation du vin, ou d’autres substances, aujourd’hui», explique Bettina Tschumi, commissaire de l’exposition. Depuis les années 1980, les vignobles français ont régulièrement fait appel à des architectes comme Norman Foster pour la construction de chais, Jean Nouvel, Christian de Portzamparc ou Jean-Michel Wilmotte. À côté de ces interventions architecturales, le vin est aussi un sujet régulièrement préempté par les designers. Derrière les nombreux contrats commerciaux établis avec les géants du luxe et des spiritueux, pour la création de coffrets de présentation et de collections éphémères ou pérennes, les initiatives indépendantes fleurissent. Récemment, le dernier opus de Typologie, une maison d’édition dirigée par de jeunes designers, a retracé l’évolution de la bouteille de vin. Les écoles de design, comme celle de La Cambre à Bruxelles, invitent aussi les designers en devenir à réinventer les objets liés au vin, et font appel à des professionnels comme le Centre international d’art verrier de Marseille.
Vins biodynamiques
La designer matali crasset est l’une des dernières en date à s’intéresser au sujet. Initialement conviée à siéger au comité scientifique de «Renversant »!, elle n’a pas tardé à développer parallèlement un projet de verre à vin avec les équipes du Centre international d’art verrier de Meisenthal. Ni verre à pied, ni mangeoire pour oiseaux, son Vino sospeso s’utilise uniquement en extérieur afin de découvrir le vin biodynamique dans des conditions optimales. Suspendu aux branches d’un arbre imaginaire, le vin s’oxygène de facto avec l’air ambiant. «Les vins biodynamiques sont par essence expérimentaux, car leur méthode de vinification est traditionnelle, dispensée de produits chimiques», soutient matali crasset. «Leur conception nous alerte aussi sur la nécessité de respecter et de préserver l’environnement.» Si la présence des vins biodynamiques se fait encore rare au sein des activités de la Cité du Vin, ce petit objet  qui profite de l’aval du consultant Stéphane Derenoncourt, d’un film réalisé pour l’exposition et de séances de dégustation organisées dans les jardins de la Cité   offre un point de vue ludique sur ce type de vin et sur la nécessité d’associer la création industrielle au développement du secteur. «La biodynamie va devenir indispensable», affirme l’œnologue, qui a notamment conseillé le domaine bordelais du château Les Carmes Haut-Brion, réalisé par Philippe Starck il y a trois ans : « Le design et l’architecture ont le pouvoir de retranscrire l’histoire qui nous lie à la terre avec élégance et sens pratique, et d’offrir des solutions aux demandes croissantes d’un consommateur toujours plus exigeant et attentif à la nature. »

À voir
«Renversant !», La Cité du Vin, esplanade de Pontac, 134, quai de Bacalan, Bordeaux, tél. : 05 56 16 20 20, www.laciteduvin.com/fr Jusqu’au 30 juin 2019.
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe