Gazette Drouot logo print

Le culte de Mithra au musée Royal de Mariemont

Published on , by Stéphanie Pioda

Beaucoup de mystères et de fantasmes entourent Mithra, cette divinité dont les origines nous transportent en Inde et en Iran plus de deux millénaires avant notre ère. Et beaucoup d’idées reçues encore bien vivantes –culte sanguinaire, concurrent du christianisme, réunissant uniquement des militaires, etc. – comme l’introduit...

Relief tauroctonique et statues de Cautès et Cautopatès, mithreaum III de Nida-Heddernheim.... Le culte de Mithra au musée Royal de Mariemont
Relief tauroctonique et statues de Cautès et Cautopatès, mithreaum III de Nida-Heddernheim.
© Archäologisches Museum Frankfurt

Beaucoup de mystères et de fantasmes entourent Mithra, cette divinité dont les origines nous transportent en Inde et en Iran plus de deux millénaires avant notre ère. Et beaucoup d’idées reçues encore bien vivantes –culte sanguinaire, concurrent du christianisme, réunissant uniquement des militaires, etc. – comme l’introduit l’exposition avec des extraits de films, dont la série Raised by Wolves, produite par Ridley Scott en 2020, de BD, de romans, des œuvres d’art… L’ambition est ici de mise, puisqu’il s’agit de présenter une synthèse des dernières recherches (plus de soixante-dix auteurs participent au catalogue) avec des œuvres inédites – comme le mobilier cultuel issu des fouilles du mithreaeum d’Angers en 2010 –, tout en jouant sur les nouvelles technologies pour animer des inscriptions sur stèles avec des mapping vidéo. Soutenue par l’Union européenne, elle est conçue par trois musées partenaires : Mariemont donc, le musée Saint-Raymond à Toulouse et le musée archéologique de Francfort, où elle circulera dans une version adaptée au contexte géographique que les fouilles archéologiques récentes enrichissent. Car comme le rappelle Laurent Bricault, l’un des cocommissaires, « un nouveau sanctuaire dédié à Mithra est découvert tous les ans ou tous les deux ans », en Europe. À partir de stèles et de reliefs sculptés ou gravés, le parcours fait défiler les images de Mithra que le monde romain a reconfiguré par rapport au culte perse, et donne pour la première fois une narration à ce mythe, de la naissance du dieu au sacrifice du taureau qui assure la renaissance du monde. On apprend au fur et à mesure que chaque communauté ne comporte qu’une dizaine de membres, qui partagent des valeurs de fraternité et d’entraide. Initiés, ils gravissent sept grades, dont ceux de corbeau, lion et pater, et se réunissent autour d’un banquet. Une similitude troublante avec la franc-maçonnerie…

Musée royal de Mariemont,
100, chaussée de Mariemont, Morlanwelz, tél. 
: +32(0)6 427 37 41.
Jusqu’au 17 avril 2022.
www.musee-mariemont.be et www.mithra-project.eu 
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Welcome La Drouot Gazette offers you 2 Articles.
You still have 1 article(s) left to read.
I subscribe