L'odyssée photographique méditerranéenne de Fred Boissonnas à Genève

On 13 October 2020, by Anna Aznaour
Fred Boissonnas, Mer de Sicile à Tunis, vague et reflet argenté, 1912, 13 18 cm.
© Bibliothèque de Genève

Comment un célèbre et riche photographe genevois, ayant acheté l’atelier de Nadar à Marseille, s’est-il retrouvé ruiné à la fin de sa vie ? Pour le comprendre, il faudra parcourir les centaines de pièces de l’exposition, qui retracent la trajectoire hors du commun de Frédéric Boissonnas (1858-1946). «Chaque section est teintée dans une couleur emblématique du voyage qui marqua son art», confie l’historienne d’art Lada Umstätter, commissaire avec Estelle Sohier de l’accrochage. Celle-ci poursuit : «Le voyage en Grèce fut celui qui transforma à jamais la vie de cet homme, comme en témoigne son cliché si unique du Parthénon.» Contactée par les descendants du photographe en 2011, la géographe-historienne s’est plongée dans ses archives, qui seront acquises par la ville de Genève, dont il a d’ailleurs immortalisé les notables et l’atmosphère si particulière. Malgré une vie plus que confortable et la renommée acquise grâce aux tout premiers clichés photographiques du Mont-Blanc pris en 1888, puis la médaille d’or obtenue à l’Exposition universelle de Paris en 1900, l’homme bifurque vers de nouveaux horizons. Celui du monde Méditerranéen est l’odyssée qui va engloutir les finances de l’expérimentateur et propriétaire d’ateliers à Paris, Marseille, Reims, et Saint-Pétersbourg. Élever la photographie au rang de 8e art est son ambition, moquée et sévèrement critiquée par le Genevois Rodolphe Töpffer, créateur du 9e qu’est la bande dessinée. Mais le descendant de l’illustre famille Boissonnas poursuivra inlassablement son rêve. Parmi ses victoires : le nouveau regard du public sur la Grèce.
Le pays, que ses images sublimeront en tant que destination touristique et non plus seulement historique, les classera en 2012 dans son patrimoine national inaliénable. Les deux guerres mondiales contrecarreront les retombées financières du travail de ce photographe et éditeur de livres, présenté au public dans une scénographie quasi encyclopédique, dévoilant une époque.
 

Musée Rath,
1, place de Neuve, 1204 
Genève, tél. : + 41 (0) 22 418 33 40.
Jusqu’au 31 janvier 2021.
www.institutions.ville-geneve.ch/fr/mah/
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe