L’Italie entrouvre la porte aux biens culturels

On 08 October 2020, by Vincent Noce

Sermonnés par la Commission européenne, les dirigeants italiens lâchent du lest en autorisant pour la première fois la libre sortie du territoire des biens culturels d’une valeur inférieure à 13 500 €.

Minerva Auctions, casa d’Aste, à Rome.
DR

Avec l’Espagne, l’Italie a la réputation d’être le pays le plus protectionniste du continent à l’égard de son patrimoine culturel. Sermonnés par la Commission européenne, ses dirigeants lâchent du lest en autorisant pour la première fois la libre sortie du territoire des biens culturels d’une valeur inférieure à 13 500 €. Le seuil n’est pas élevé et l’État ne respecte toujours pas les barèmes du règlement européen 116/2009 (qui fixe un seuil de 150 000 € pour les tableaux par exemple), mais ce sont les prémisses d’un mouvement qu’il promet d’amplifier en fin d’année. Le décret, publié le 25 septembre par le ministre de la Culture Dario Franceschini, libère de toute obligation ces œuvres, sans distinction, débloquant une situation ubuesque typique de l’administration italienne. Le 9 juillet 2018, son prédécesseur du gouvernement populiste, Alberto Bonisoli, avait signé un décret posant comme condition une procédure d’autocertification de la part des propriétaires, soumise à avis contraire des surintendances du patrimoine sur un registre numérisé. Lequel n’a jamais été mis en place, empêchant toute application. Ayant levé cet obstacle, Franceschini s’engage à instaurer d’ici la fin de l’année un système de passeport électronique pour les œuvres d’art de plus de 70 ans et d’une valeur supérieure, dont la validité serait de cinq ans. Il reste à connaître le détail des interdictions de sortie et des mécanismes de préemption, dans un pays où les musées manquent dramatiquement de moyens. Jusqu’à maintenant, la sortie de toute création de plus de 50 ans d’un artiste disparu était soumise au bon vouloir des surintendances.

Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe