L’art occidental progresse à Art Basel Hong Kong

On 07 April 2017, by Alexandre Crochet

Marquée par un nombre record de visiteurs et des transactions abondantes, la cinquième édition de la foire a vu les grands noms de l’art occidental gagner du terrain sur les stands.

Petra Cortright (1986), galerie Société.
© ART BASEL

En cinq éditions, Art Basel Hong Kong a gagné ses galons. La foire, qui a fermé ses portes samedi 25 mars, a attiré un nombre record de visiteurs près de 80 000 notamment grâce à de nouveaux créneaux en nocturne, souvent complets. Si le dernier jour, la frénésie des curieux, frôlant les œuvres pour prendre des selfies, a donné des sueurs froides aux galeristes parfois contraints de mettre une chaîne devant les tableaux, les collectionneurs étaient présents en masse, surtout au démarrage. Les amateurs venus de la zone Asie-Pacifique, Japon et Australie inclus, ont frayé avec les Occidentaux épris d’art contemporain extrême-oriental. On croisait ainsi le Suisse Uli Sigg  considéré comme le plus gros collectionneur au monde en la matière et donateur de 1 463 œuvres au futur musée M+ de Hongkong , le couple de collectionneurs Jean-Jacques et Michèle de Flers venus le jour de la fermeture, pionniers en France, ainsi qu’Alain Servais, Caroline Bourgeois, conseillère de François Pinault, et même la star du foot David Beckham peut-être invité par la foire pour créer le buzz sur les réseaux sociaux. «J’ai été frappé par le nombre de directeurs de musées et de trustees, de la Serpentine au Guggenheim, mais aussi par celui des gros marchands privés comme Steve Murphy, ancien patron de Christie’s», confie un habitué. «On se serait cru au vernissage de n’importe quelle grande foire en Occident», s’étonne une conservatrice.
Un potentiel énorme
Maintes enseignes jouaient la carte des classiques occidentaux. «Nous avons reçu beaucoup d’intérêt de la part de collectionneurs venant, entre autres, de Singapour et de Jakarta, ainsi que de conservateurs de musées», note Daniella Luxembourg, de la galerie Luxembourg & Dayan. «Souvent, les Chinois ne savent pas ce qu’est un catalogue raisonné et le prennent en photo, ajoute-t-elle. Il faut insister sur le contexte de création.» Les mêmes grands noms, Basquiat, Fontana, Boetti, Warhol ou Picasso, revenaient sans craindre la redondance chez un bataillon de galeries, en particulier américaines, n’hésitant pas à sortir des toiles à plus de 10 M$, telles Acquavella ou Van de Weghe. Michele Casamonti, directeur de la galerie Tornabuoni, relève «une augmentation du nombre d’acheteurs chinois et un changement de goût pour cette édition, bonne mais sans folie». Franck Prazan consacrait la moitié de son stand aux calligraphies de Georges Mathieu et réfléchissait à plusieurs propositions lors de notre passage. La galerie Templon a «vendu tous les jours» et aurait pu céder plusieurs fois ses œuvres de Chiharu Shiota. «Je n’étais pas venu en 2016, mais je constate qu’il faut le faire. Il y a ici un potentiel énorme», confie Daniel Templon. Nathalie Obadia, qui montrait aussi des œuvres de Rina Banerjee, a attiré les musées chinois avec ses photographies inédites d’Agnès Varda sur l’empire du Milieu, dont la plus chère atteignait 12 500 €. Si la galerie White Cube a vendu des œuvres de Georg Baselitz, Jannis Kounellis, Gabriel Orozco, Antony Gormley, Tracey Emin ou encore Mona Hatoum, d’autres se risquent à sortir des sentiers battus. Avec ses appropriations de Richard Petitbone ou son Ed Ruscha marqué «China», la galerie 1900-2000 n’a pas visé la facilité. «Je savais que je n’allais rien vendre, mais je me suis donné trois ans. Les musées qui ouvrent dans la région auront forcément besoin de pièces historiques», explique David Fleiss. Reste que les galeries, même les plus puissantes, doivent souvent composer avec des pratiques chinoises consistant à exiger d’emblée des remises colossales puis à insister jusqu’à ce que le marchand cède. Un jeu qui peut lasser et même mettre fin à la transaction…

Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe