Jérôme Bosch entre les lignes

On 10 June 2016, by Sophie Reyssat

Alors que les expositions consacrées au peintre se déroulent à guichet fermé, deux ouvrages mettent son génie inventif en lumière. Le diable est dans les détails !

Jérôme Bosch, Le Chariot de foin, 1510-1516 (détail), Madrid, Musée national du Prado. Photo Rik Klein Gotink, traitement d’image Robert G. Erdmann pour le Bosch Research and Conservation Project.

2016 est une année faste pour l’un des plus envoûtants créateurs de démons de la peinture hollandaise, ayant quitté la terre il y a 500 ans : «Jérôme Bosch. Visions d’un génie» à peine achevée au Noordbrabants Museum de Bois-le-Duc  421 700 visiteurs ont fait le déplacement dans sa ville natale , le Prado prend le relais à Madrid avec son exposition «Bosch. The 5th Centenary exhibition». Les amateurs du peintre ont également de quoi être comblés côté publications. Nos lecteurs se souviendront de Bosch, le Jardin des délices, par Reindert L. Falkenburg, publié fin 2015 chez Hazan et déjà évoqué dans nos pages. Deux autres cadeaux attendent les amateurs, chez Actes Sud et Hazan.
Bosch en question
Commençons par évoquer le catalogue raisonné du premier éditeur, Jérôme Bosch. Peintre et dessinateur. Il est le résultat de six années de recherches interdisciplinaires menées par le Bosch Research and Conservation Project, une fondation créée à l’initiative du Noordbrabants Museum, de l’université Radboud de Nimègue, et de la manifestation «Jheronimus Bosch 500» célébrant le peintre tout au long de l’année. Les scientifiques ont ainsi passé au crible chaque œuvre donnée au maître, selon une méthodologie standardisée ne se contentant pas d’observer le style et l’iconographie, mais plongeant dans les archives et s’appuyant sur les progrès des analyses optiques. Les passionnés de peinture ancienne n’auront d’ailleurs pas manqué les annonces de nouvelles attributions au maître, résultant de ces études et concernant un panneau et un dessin. Elles ont habilement nourri l’impatience de les découvrir dans l’exposition du Noordbrabants Museum ! Outre notre volume, un second a été publié chez Yale University Press : Hieronymus Bosch, Painter and Draughtsman. Technical Studies. Réservé aux anglophones et aux spécialistes, il rassemble les rapports de recherche complets, également librement consultables sur le site Internet de l’institution (Boschproject.org). À la question «Qu’est-ce qu’un Bosch ?», notre ouvrage apporte sa réponse : vingt-quatre tableaux et vingt dessins illustrés par des photographies inédites, auxquels il rapproche sept travaux d’atelier, cinq œuvres de suiveurs et une feuille soulevant encore des interrogations. La fondation n’a pas dit son dernier mot, trois tableaux de Vienne et de Madrid restant à être analysés pour compléter ce travail de longue haleine…
Thèmes boschiens
Le directeur des musées de Bruges Till-Holger Borchert, qui a participé à l’aventure du Bosch Research and Conservation Project, a quant à lui choisi d’observer dix-neuf œuvres phares par le petit bout de la lorgnette : dans son livre Bosch par le détail, il dévoile ainsi une fascinante série de gros plans, dans lesquels l’imaginaire débordant de créativité du peintre se déploie dans toute sa splendeur. Ses paysages infernaux et son étrange nature émancipée ont ainsi marqué les esprits au point de créer le genre des «boschiades» au XVIIe siècle. Ses architectures tiennent elles aussi une place importante dans ses peintures, toujours minutieusement représentées  à l’image des plantes et des animaux , qu’elles soient fidèles à la tradition néerlandaise ou se plient à toutes sortes de fantaisies exotiques. L’expressivité du style s’exprime également à merveille à travers les visages caricaturant les états d’âme, tandis que les grisailles en usage au revers des volets des retables, loin de se résumer à de conventionnels trompe-l’œil tentant de rivaliser avec la sculpture, dépassent les images religieuses traditionnelles. Bien que fantastique, la vision du ciel et de l’enfer reste fidèle à l’iconographie du bas Moyen Âge, tout comme les chimères, pour lesquelles Bosch fait montre d’une virtuosité particulière. Son innovation réside dans la transformation de la terre en antichambre de l’enfer. Si le peintre se démarque également de ses contemporains par sa représentation récurrente des sons, quasiment inédite à l’époque, il prend cependant comme eux les manifestations des quatre éléments pour de funestes présages. Le génie novateur reste en cela un homme de 1500 !

 

   
   

À lire
Jérôme Bosch. Peintre et dessinateur, catalogue raisonné par le Bosch Research and Conservation Project,
24,5 x 32,5 cm, 600 pp., Actes Sud, 2016. Prix : 99,95 €.

Bosch par le détail, Till-Holger Borchert,
24 x 32,5 cm, 256 pp., éditions Hazan, 2016. Prix : 39,95 €.

À VOIR
«Bosch. The 5th Centenary exhibition», musée du Prado,
calle Ruiz de Alarcón 23, 28014 Madrid, tél. : +34 913 30 28 00.

Jusqu’au 11 septembre 2016.
www.museodelprado.es
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe