Gazette Drouot logo print

Entre allégorie et témoignage

Published on , by Christophe Provot
Auction on 05 July 2022 - 14:00 (CEST) - Salle 2 - Hôtel Drouot - 75009

Trois coupoles monumentales prenaient le chemin des enchères, dominant cette vente classique de qualité, marquée aussi par un record pour Géo-Michel.

Éric Bonte (né en 1956), France Vitrail International, Allégorie de la nuit, coupole... Entre allégorie et témoignage
Éric Bonte (né en 1956), France Vitrail International, Allégorie de la nuit, coupole en vitrail à décor au sommet d’un médaillon central, diam. 600, h. 120 cm (détail).
Adjugé : 265 500 

Certains l’auront peut-être vue au Carrousel du Louvre en 2018 à l’occasion du Carrousel des métiers d’art et de la création, ou à la Biennale Paris au Grand Palais en 2019, surplombant l’exposition Goudji de la galerie Capazza. D’un diamètre de 6 mètres, la coupole de l’Allégorie de la nuit – dont un très beau détail ornait la couverture de la Gazette n° 24 – suscitait un débat à la hauteur de ses qualités et s’offrait un résultat céleste de 265 500 €. Cette pièce unique de style moderniste du maître verrier Éric Bonte, fondateur de France Vitrail International, était suivie par une autre de ses créations, tout aussi exclusive. La coupole de l’Allégorie du printemps (mêmes dimensions que la précédente), de style art nouveau, décrochait quant à elle 154 400 €. Elle n’avait encore jamais été présentée au public. La dernière, à décor floral en grisaille et ornements ocre et mordorés – exposée au Salon du patrimoine de 2017 –, restait au plafond. Baissons la tête et, du verre des coupoles, passons au cristal de Baccarat, qui prenait la forme d’une paire de vases balustre (h. 140 cm) d’un beau vert, gravés et dorés et à riche monture de bronze doré. Ce pastiche du XVIIIe siècle avec ses anses rehaussés de putti assis dans des entrelacs fleuris, sa base quadripode aux cartouches fleurdelisés drapés agrémentés de motifs de passementerie, son couvercle sommé d’un couple de colombes – une commande spéciale du milieu du XXe siècle –, changeait de mains contre 75 300 €. Sur les cimaises, Georges Dreyfus, dit Géo-Michel, se distinguait avec sa toile Les Méos, Haut-Laos, cédée pour 56 150 €, signant un nouveau record du monde pour l’artiste (source : Artnet). Peu présent sur le marché, ce peintre et graveur, élève d’Othon Friesz et de Raoul Dufy, organisa la première exposition de Picasso à Rome en 1917. Installé en Indochine, il s’intéressa particulièrement aux peuples indigènes de la colonie française, telle l’ethnie méos (ou hmong), établie dans le nord du Laos comme du Vietnam, dans la province de Lao Caï. Leur attitude noble et altière, leurs coutumes et leurs tenues vestimentaires ont été pour lui une grande source d’inspiration.
 

Georges Dreyfus, dit Géo-Michel (1883-1985), Les Méos, Haut-Laos, 1935, huile sur toile, 195 x 114 cm. Adjugé : 56 150 €
Georges Dreyfus, dit Géo-Michel (1883-1985), Les Méos, Haut-Laos, 1935, huile sur toile, 195 114 cm.
Adjugé : 56 150 
Tuesday 05 July 2022 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 2 - Hôtel Drouot - 75009
Copages Auction Paris
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Welcome La Drouot Gazette offers you 2 Articles.
You still have 1 article(s) left to read.
I subscribe