Gazette Drouot logo print

Documentaire : Copyright Van Gogh©

Published on , by Camille Larbey

Ce fascinant documentaire nous entraîne dans les ateliers de Dafen, en Chine, où les forçats du pinceau reproduisent à la main et par milliers les tableaux les plus célèbres de la peinture occidentale.

Crédits photos : ASC Distribution Documentaire : Copyright Van Gogh©
Crédits photos : ASC Distribution

Quatre hommes torse nu font la sieste à même le sol, allongés sur une natte ou sur des toiles vierges déroulées. Autour d’eux, des piles d’autres toiles impressionnistes, des palettes croûtées de peinture et des vieux bidons de térébenthine. Le vrombissement d’un ventilateur laisse deviner la moiteur étouffante de l’air. Assis sur un tabouret, un homme, tout aussi écrasé par la chaleur, ordonne la reprise du travail. L’atelier est rapetissé par les dizaines de « Van Gogh » séchant sur les cordes à linge. Chacun se remet à l’ouvrage. L’Église d’Auvers-sur-Oise, pour l’un, le Vase aux roses, pour l’autre. Un troisième s’échine sur un Autoportrait. Les proportions ne sont pas bonnes et nul besoin d’être spécialiste pour remarquer que ce Vincent Van Gogh a le visage étrangement aplati. Le chef d’atelier ordonne au jeune peintre de recommencer. Peu importe le temps que cela prendra. Ce dernier, qui en est à son troisième essai, jette ses pinceaux par terre et quitte son poste : « J’en peux plus de peindre ! » Une réprimande du responsable le ramènera finalement à son poste. La scène, incongrue, est tirée de Copyright Van Gogh©. Une plongée dans l’industrialisation des plus grands chefs-d’œuvre de la peinture. Nous sommes à Dafen, un ancien village chinois depuis longtemps absorbé par la banlieue de Shenzhen. C’est ici qu’en 1989, profitant d’une main-d’œuvre bon marché et de l’immobilier à bas prix, un homme d’affaires chinois ouvre un atelier de peinture à l’huile pour répondre à une importante commande venue de l’étranger. D’autres ateliers se sont rapidement installés. Les habitants locaux, formés à la peinture, se sont fait la main en tant qu’employés avant d’ouvrir leur propre atelier. Le petit business de reproduction des tableaux les plus connus au monde prit ainsi une démesure dont seule la Chine a le secret. La filière économique emploie aujourd’hui 20 000 personnes réparties dans plus de mille petites et grandes galeries, ateliers familiaux dans la cuisine de l’appartement ou l’arrière-cour de l’immeuble, et autres mini-usines de peinture. Près de 60 % des reproductions à l’huile qu’on peut trouver dans le commerce proviendraient de Dafen. En 2015, la vente de tableaux représentait 65 millions de dollars. Le « Da Fen Oil Painting Village », comme on peut le lire sur la pancarte à l’entrée de la commune, n’a désormais de « village » que le nom. Les réalisateurs Yu Haibo et Yu « Kiki » Tianqi (un père et sa fille qui d’ordinaire mènent leur carrière chacun de leur côté) ont poussé les portes de quelques-uns de ces ateliers familiaux afin de mettre des visages à cette taylorisation de l’art. Le documentaire suit tout particulièrement Zhao Xiaoyong, spécialisé dans les Van Gogh comme d’autres ne « font » que des Joconde ou uniquement des Rothko et des Pollock. Zhao et sa famille peignent, mangent et dorment dans l’atelier. Certes, reproduire des Nuit étoilée semble plus épanouissant que de coudre des jeans ou assembler des smartphones, mais le rythme frénétique n’en demeure pas moins aliénant. Une commande de 800 copies pour les Pays-Bas vient de tomber. 200 Terrasse de café au soir, 100 Tournesols, etc. Le tout à rendre sous 40 jours. Zhao réfléchit immédiatement aux heures supplémentaires et à la rationalisation du temps de travail qu’il devra mettre en place pour honorer la commande. Dans un autre atelier, un copiste explique avoir agencé trois lignes de sept personnes où chacun réalisait une petite partie du tableau avant de la confier au copiste suivant, permettant de produire à la chaîne 300 000 toiles. Au moment du tournage du film (début des années 2010), Zhao et sa famille ont déjà plus de 100 000 copies du peintre hollandais à leur compteur. Lui qui ne connaît Van Gogh qu’à travers des livres d’art et des reportages TV a l’opportunité de découvrir ses toiles en vrai. Un gros client amstellodamois l’invite lui et quelques autres peintres de Dafen. Mais le choc qui l’attend à Amsterdam n’est pas celui qu’on attendait… Plus qu’une exploration du stade terminal d’une mondialisation de l’art, Copyright Van Gogh© est le portrait de copistes rêvant de peindre leurs propres œuvres. Dans une Chine où l’État institutionnalise la dissolution de l’identité individuelle, il existe des « peintres-ouvriers » en quête de réalisation de soi. Qui sait, un jour, réussiront-ils à faire de Dafen non plus la ville copiste, mais un véritable village d’artistes.
 

 


 
à voir
Copyright Van Gogh© (2016),
de Yu Haibo et Yu « Kiki » Tianqi,
en salle le 22 décembre 2021.
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 1 article(s) left to read.
I subscribe