Gazette Drouot logo print

Combas caracolait en tête

Published on , by Anne Doridou-Heim

La peinture de Robert Combas ne laisse pas indifférent, et c’est peut-être là le plus important pour un artiste, finalement !

Robert Combas (né en 1957), Alexandropatule, passage en revue d’Alexandropatule le... Combas caracolait en tête
Robert Combas (né en 1957), Alexandropatule, passage en revue d’Alexandropatule le chef de Romanos, les guerriers de l’arrondissement, African Régiment, acrylique sur toile de coton, 204 251 cm.
Adjugé : 122 200 

L’Alexandre le Grand de Robert Combas (né en 1957), revu et revisité sous son pinceau flamboyant, fonçait à bride abattue vers un résultat de 122 200 €, obtenant le plus haut prix des six œuvres proposées (voir l'article Le monde selon Robert Combas Gazette no 34 du 11 octobre, page 69). On semble là bien loin de la geste de ce conquérant de l’Antiquité, l’artiste s’accordant beaucoup de liberté, notamment dans la représentation de Bucéphale, qui (contrairement au cheval blanc d’Henri IV) était d’un noir profond, mais il y a aussi une fougue, presque une folie qui colle au mythe. Toujours dans un univers guerrier, Les Avions du soldat Pierrotte (Il s’amusait avec ses avions domestiques et soudain deux sauvages attaquent. C’est l’horreur ! C’est la guerre !) (237 150 cm), un acrylique sur toile passé par des galeries autrichiennes lors d’une exposition itinérante de l’artiste, décollait à 98 800 € et dans un autre domaine, un soleil Sans titre (101 50 cm) de 1985-1986 brillait à 39 000 €. L’art contemporain offrait ensuite d’autres tempéraments. Celui de Jean-Michel Basquiat (1960-1988) produisait un petit masque au graphite au centre d’une grande feuille blanche (76 106,5 cm). L’œuvre, emportée à 110 000 €, était vendue au profit de l’association ADAA (The Art Dealers Association of America) : un coup de crayon pour une noble cause, celle du docteur Haas, qui mène des missions de soins en Afrique. Et un écho aux mots de Georges Mathieu (1921-2012) : «Dans ce monde axé sur les choses, l’artiste est peut-être le dernier qui puisse recentrer le monde humain dans l’homme». Une toile de celui-ci datée 1967, Resiete (65 116 cm), exprimait à sa manière 70 200 €. À signaler encore, les 58 500 € de Tabarnac ou les Offenbach à Paris, peint en 1975 par Gérard Fromanger (né en 1939), et en guise d’au-revoir les 101 400 € d’une huile et sable de 1961 de Roberto Matta (1911-2002), intitulée Bella Ciao (140 144,5 cm).

Sunday 20 October 2019 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 7 - Hôtel Drouot - 75009
Digard Auction
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Welcome La Drouot Gazette offers you 2 Articles.
You still have 1 article(s) left to read.
I subscribe