Gazette Drouot logo print

Cartes sur table ! Paris et ses faubourgs

Published on , by Claire Papon

Ce plan, édité vers 1735, fait partie d’une collection de cartes de la capitale réunie… par un Parisien.

Plan de de la ville, cité, université, et faubourgs de Paris avec ses environs… Van Loon... Cartes sur table ! Paris et ses faubourgs
Plan de de la ville, cité, université, et faubourgs de Paris avec ses environs… Van Loon sculpt. Se vend à Paris, chez le Sr Jaillot, vers 1735, gravure sur cuivre aquarellée, 47 x 61 cm env.
Estimation : 500/700 €

Henri IV dut batailler ferme, au propre comme au figuré, pour enfin être admis sur le trône. Il finit par y arriver, mais uniquement après sa conversion au catholicisme le 25 juillet 1593. Paris valait bien une messe… Et pour notre géomètre-topographe une collection ! Commencée il y a une vingtaine d’années, l’ensemble dont il se sépare aujourd’hui comprend «tous les grands jalons historiques, toutes les topographies qui ont marqué l’histoire de Paris du XVIIe au début du XXe siècle», explique Ludovic Miran, consultant pour la dispersion. Si notre exemplaire, quadrillé verticalement et horizontalement, n’est pas dédicacé  une démarche généralement commerciale de l’éditeur , il est muni d’une rose des vents indiquant le nord, et d’un cartouche explicatif dans une draperie, en bas à droite des vingt-deux chiffres «qui se trouvent dans la Cité». Comprenez vingt-deux lieux identifiés et méritant mention : les églises de la Madeleine, Sainte-Geneviève, Saint-Marcel, mais aussi l’Hôtel-Dieu, la rue Sainte-Anne ou l’horloge du Palais. Une grande attention est également portée aux jardins des Invalides, des Tuileries et des Champs-Élysées. Le promeneur qui sillonne ces quartiers en calèche, et qui ne mettra généralement pas un pied à terre, n’a en effet nul besoin d’un plan pour se repérer, mais au contraire d’une représentation des constructions, des jardins et autres édifices importants  ou nouveaux  de la ville. Édité vers 1735, celui-ci dérive du plan d’Albert Jouvin de Rochefort (vers 1640-vers 1710), voyageur, officier du roi par sa charge de trésorier de France à Limoges de 1675 à 1702, à qui l’on doit des cartes de Paris, Angers, Blois, Toulouse, Bordeaux ou Tours. Paru initialement en 1676, son plan de la capitale fait l’objet d’éditions successives données par Nicolas de Fer, et se vend vers 1735 chez le sieur Bernard-Jean-Hyacinthe Jaillot (1673-1739), célèbre géographe du Roy installé à la suite de son père, à l’enseigne «Aux deux globes», quai des Grands-Augustins. La topographie a été mise à jour puisque l’on y aperçoit les hôtels de Bourbon et de Lassay, édifiés simultanément de 1722 à 1728 sur des terrains acquis de la duchesse de Bourbon et dont elle céda une partie à son amant, le marquis de Lassay. Inspiré du Grand Trianon  excusez du peu , le palais est acquis après la mort de la duchesse, par Louis XV, qui le cède en 1764 au prince de Condé. Agrandis et luxueusement aménagés par celui-ci, les bâtiments sont abandonnés en 1789 par le prince qui quitte la France à la Révolution… Confisqué en 1791, il devient le premier palais républicain. Ce qu’il est toujours aujourd’hui ! 

Monday 18 September 2017 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 5-6 - Hôtel Drouot - 75009
Kâ-Mondo
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Welcome La Drouot Gazette offers you 2 Articles.
You still have 1 article(s) left to read.
I subscribe