Aurélie Bidermann

On 26 April 2018, by La Gazette Drouot

Créatrice de bijoux depuis quinze ans, cette jeune Française évolue entre Paris et New York, où elle a ouvert une deuxième boutique. En 2017, la maison Poiray lui a confié la direction artistique de ses collections.

 
© Karim Sadli

Êtes-vous plutôt peinture, objet, photo... ?
Je suis tout ! Pour moi, la beauté artistique ne se limite pas à un cadre ou à un courant.
Votre dernier coup de cœur culturel ?
La représentation du Boléro à l’Opéra Bastille, en mars dernier : la chorégraphie de Béjart opère de façon imparable ; la danseuse étoile Amandine Albisson y est exceptionnelle. Et plus récemment, «La collection idéale de Diane Venet», au musée des Arts Décoratifs. On y découvre l’œil d’une grande collectionneuse, qui met en résonance œuvres d’art et bijoux.
Une œuvre que vous aimeriez posséder ?
Sans hésiter, un Rothko de 1952.
L’artiste qui vous touche ?
Le peintre écossais Peter Doig, dont les toiles reflètent la beauté de la nature avec singularité ; c’est à la fois familier et empreint de mystère. On pense à Gauguin, Matisse ou Munch… Même s’il a su créer son propre univers en inscrivant son œuvre dans notre époque.
Tendance FIAC ou Biennale Paris ?
Les deux.
Existe-t-il un fil conducteur dans vos acquisitions ?
Oui, le coup de cœur. Quelle que soit l’œuvre, c’est avant tout l’émotion qui va me guider.

Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe