Gazette Drouot logo print

Alexandre Gauthier

Published on , by La Gazette Drouot

À l’automne, le chef de La Grenouillère quittait son Pas-de-Calais natal pour prendre les commandes du premier «Dîner de la création» organisé par le Palais de Tokyo, confirmant ainsi ses affinités avec l’art.

  Alexandre Gauthier
 
© Marie Pierre Morel

Êtes-vous plutôt peinture, objet, photo… ?
Difficile de choisir. J’apprécie l’abstraction lyrique, la figuration libre, et des artistes polymorphes comme Jacques Germain. Je suis particulièrement sensible aux encres de certains sculpteurs comme César. En photo, mes goûts sont plus hétéroclites : le portrait de grande profondeur ou à connotation sensuelle, les anamorphoses de Georges Rousse et la vieille photographie anonyme.  
Votre dernier coup de cœur culturel ?
La dernière pièce de Julien Gosselin, Joueurs, Mao II, Les Noms.  
Une œuvre que vous aimeriez posséder ?
Un grand format de Georges Mathieu, un nu d’Irving Penn ou un lumineux tableau abstrait de Gerhard Richter.  
L’artiste qui vous touche ?
Tant pour son œuvre que pour ce qu’elle est : Annette Messager.  
Tendance FIAC ou Biennale Paris ?
Biennale Paris, mais aussi Biennale de Venise.   
Existe-t-il un fil conducteur dans vos acquisitions ?
Il faut que je puisse vivre avec les œuvres, qui doivent me renvoyer une énergie positive tous les matins. J’aime les abstraits que l’on peut redécouvrir à chaque nouveau point de vue. Le bleu reste une teinte commune à la plupart de mes achats. J’aime aussi provoquer la rencontre avec l’artiste, ce qui n’est pas toujours simple à réaliser. Je suis attiré par l’œuvre physique autant que par la personnalité de son auteur.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Welcome La Drouot Gazette offers you 2 Articles.
You still have 1 article(s) left to read.
I subscribe