Gazette Drouot logo print

À Rouen, le japon fait son cirque

Published on , by Zaha Redman

Il semble que la représentation du cirque apporte à l’estampe japonaise un dynamisme, une forme d’animation fiévreuse inédite, ainsi qu’un chromatisme plus acidulé : autant de dimensions auxquelles le regard européen, plus attaché à l’esthétique classique du paysage ou des intérieurs, est moins habitué. Au XIXe siècle,...

À Rouen, le japon fait son cirque
Utagawa Kunisada II (1823-1880), Hayatake Torakichi d’Osaka, 1857, collection J.Y. et G. Borg (détail).
Photo : Yohann Deslandes

Il semble que la représentation du cirque apporte à l’estampe japonaise un dynamisme, une forme d’animation fiévreuse inédite, ainsi qu’un chromatisme plus acidulé : autant de dimensions auxquelles le regard européen, plus attaché à l’esthétique classique du paysage ou des intérieurs, est moins habitué. Au XIXe siècle, l’estampe de l’archipel est plus moderne, urbaine, ouverte à un éventail plus large d’expériences sociales. Ce bel ensemble thématique, issu de la collection Gérard et Jeanne-Yvonne Borg, est montré dans le cadre du projet «Cirque et saltimbanques», associant plusieurs musées de la ville. On découvre ici l’univers circassien du Japon et son rapprochement avec celui de l’Occident, coïncidant avec l’ouverture du pays. Le misemono, version japonaise du cirque au XIXe siècle, est un spectacle populaire proposé par des artistes de rue : il comprend des acrobaties, du funambulisme et de l’antipodisme, discipline consistant à superposer des corps et des objets, notamment pour les mettre en mouvement. Un protagoniste célèbre de la performance, Hayatake Torakichi, et la place centrale d’associations de pompiers sont ici mis en valeur. Une section s’intéresse aussi à l’influence grandissante du cirque occidental, montrant qu'elle donne lieu par exemple à des glissements dans l’esthétique traditionnelle de la gravure. Un chapitre savoureux est également consacré à l’aventure de Giuseppe Chiarini dans le pays, jusqu’à sa reconnaissance par l’empereur. La dimension comique, festive et satirique se retrouve dans la plupart des œuvres, et l’on constate qu’au Japon comme en Occident les animaux exotiques tiennent une place centrale dans le spectacle. Mis en scène avec justesse, l’accrochage distille une chaleur intime teintée de merveilleux, laquelle rappelle parfaitement les plaisirs du cirque.

Musées Beauvoisine,
198, rue Beauvoisine, Rouen (76), tél. : 02 35 71 41 50.
Jusqu’au 17 mai 2022.
museedesantiquites.fr
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe