Un bureau à cylindre commandé par Francisco González de Bassecourt

On 21 October 2020, by Caroline Legrand

Avec sa délicate marqueterie néoclassique de paysages, ce bureau à cylindre est un rare exemple du mobilier espagnol d’époque Charles III (1759-1788). D’autant qu’il porte les armoiries d’un haut personnage de la cour.

Espagne, vers 1770. Secrétaire à cylindre formant commode en marqueterie de paysages, serrures en fer poli et gravé, 121 120 62 cm.
Estimation : 15 000/20 000 

Si la forme – d’inspiration française – de ce bureau à cylindre formant commode, ouvrant à deux tiroirs en partie basse et aux pieds cambrés, est assez courante dans le mobilier européen de cette époque, notamment en Allemagne, Italie et Espagne, sa marqueterie néoclassique est quant à elle des plus originales. Elle présente ainsi à l’intérieur des motifs de draperies et de fleurs, dans le style de l’ébéniste français Roentgen, et, sur la façade et les côtés, des décors de paysages lacustres dans des encadrements de frises de feuillage. Ce travail d’une grande finesse privilégiant les frises superposées est similaire aux décors des salons de « las maderas finas » au palais des Bourbons à l’Escorial, non loin de Madrid. Un rapprochement hispanique rapidement confirmé par l’expert, qui a réussi à identifier les armoiries ornant le cylindre. Ce meuble fut en effet la propriété de Francisco González de Bassecourt, comte d’Asalto, marquis de Grigny et de Borghetto (1720-1793). D’origine flamande, ce dernier eut à la fois une carrière politique et militaire. Il se distingua tout d’abord pour avoir défendu la ville de La Havane contre l’assaut anglais, en 1762, avant d’être affecté par le roi Charles III comme ministre plénipotentiaire en Suisse, puis en Catalogne comme capitaine général, et donc son représentant dans la région, de 1778 à 1789. Sa valeur fut vite reconnue de tous, notamment pour son apport à l’urbanisation de Barcelone, où il fit ouvrir la rue Nueva de La Rambla du quartier Raval, tout d’abord baptisée en son honneur « Calle del Conde del Asalto » ; c’est là que sera notamment construit le palais Güell de Gaudí. Président et protecteur de l’Académie des beaux-arts, il avait sans nul doute une fibre artistique sensible, comme en témoigne ce meuble commandé par ses soins avec certainement des exigences bien particulières, comme ces paysages, peut-être de Catalogne, qu’il pouvait ainsi admirer à sa guise.

Saturday 24 October 2020 - 14:30 - Live
Lorient - 25, rue Paul-Guieysse - 56100
Arvor Enchères
La Drouot Gazette offers you 4Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe