District 13 : le street art aux enchères

On 15 October 2020, by Claire Papon

Initialement prévue à la tour Eiffel, cette vente de street art reprend place, pour cause de mesures sanitaires, à l’Hôtel Drouot.

Pantonio (né en 1975), acrylique non titré sur toile, 2018, 195 130 cm.
Estimation : 4 000/6 000 

Cette année, rien ne se passant décidément comme les précédentes, cette dispersion sous l’égide de la marque «District 13 Art Fair» ne clôture pas la foire réunissant des galeries internationales. Quatre-vingt-dix œuvres sont présentées sous le marteau, soit trois fois plus que les éditions 2018 et 2019. Ce nouvel opus est aussi plus conséquent quant à la renommée des artistes. Nombreux aussi sont ceux qui participent pour la première fois à l’exercice orchestré par la maison de ventes, à l’image de Tristan Eaton, né en 1978, à Hollywood. Concepteur de jouets, publicitaire et illustrateur, celui qui se définit comme un «punk en skateboard» anime le paysage urbain avec ses fresques aux couleurs éclatantes foisonnantes de détails graphiques. Si la bande dessinée l’inspire, Audrey Hepburn et John Fitzgerald Kennedy font aussi partie de son univers. Lors de la Nuit blanche à Paris, en 2014, il peint sur un immeuble de la rue du Chevaleret (13e arrondissement) The Revolution will be trivialized, une œuvre associant Bugs Bunny, des jambes de pin-up et un certain Bonaparte franchissant le col du Grand-Saint-Bernard à cheval, et dont une réplique est proposée ici (20 000/25 000 €). Autre première, celle du jeune duo ST4, tout droit venu de Tunisie. À l’été 2019, ils exécutaient une calligraphie nourrie de la culture arabe au 10, place Pinel (13e Arrondissement). Une inspiration tout aussi évidente dans l’acrylique estimé 800/1 200 € et proposé dans cette vente. De l’Espagnol Okuda, une œuvre géométrique à la palette vitaminée est annoncée à 6 000/8 000 €. Le Portugais Pantonio déploie ici pour la première fois un délicat bestiaire aux tons contrastés (voir photo), tandis que Maye, jeune artiste originaire de Sète, déploie son imaginaire habité de personnages graciles et mouvants (7 000/9 000 €). Surfant sur leur dernier succès, des figurines de Kaws pourraient dépasser leurs estimations (400 à 5 000 €), tout comme le premier kit de carreaux de céramique d’Invader (édition à 350 exemplaires, dans sa pochette d’origine, 2002) annoncé à 15 000/20 000 €. La conclusion revient à Shepard Fairey, dont Liberté, Égalité, Fraternité, 2018 (4 000/6 000 €) et Make Art not War, 2019 (20 000/25 000 €) distillent leur message en rouge et noir. Classique mais jamais inutile…
 

Brusk (né en 1976), Sans titre, 2018, acrylique et peinture aérosol, 113,5 x 145 cm.Estimation : 7 000/9 000 €
Brusk (né en 1976), Sans titre, 2018, acrylique et peinture aérosol, 113,5 x 145 cm.
Estimation : 7 000/9 000 €
Saturday 24 October 2020 - 16:00 - Live
Salle 11 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Drouot Estimations
La Drouot Gazette offers you 4Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe