Adolphe Sax, résonnez trompettes !

On 03 June 2020, by Claire Papon

Avec un mannequin des Cent-Gardes et son équipement, notre trompette d'Adolphe Sax est l’un des points d’orgue de la collection Debaecker, consacrée à ce corps d’élite qui assurait la protection de Napoléon III.

Ensemble de trompette des Cent-Gardes comprenant une trompette en métal argenté signée Adolphe Sax avec son cordon tressé en fil de coton vert et rouge avec glands à franges et une flamme en satin brodé, époque Napoléon III, l. 93,5 cm (trompette), 44 x 52,5 cm (flamme).
Estimation : 40 000/50 000 

Comme toutes les vedettes, elle se fera attendre jusqu’en seconde partie de séance (voir Gazette n° 21, page 12). Une rareté en effet que cet instrument en bon état de conservation complet de son cordon, de sa flamme de satin bleu et rouge ornée du grand manteau de l’Empire, brodée de l’Aigle et garnie du grand collier de la Légion d’honneur encadré de branches de laurier et de feuilles de chêne. À objet prestigieux, créateur célèbre… Si Adolphe Sax (1814-1894) est connu pour avoir inventé le saxophone, on sait probablement moins que ce natif de Dinant, petite ville blottie contre une falaise sur la rivière de la Meuse en Belgique, fut un facteur d’instruments et l’incarnation parfaite de l’esprit d’entreprise du XIXe siècle. Mais aussi le digne fils de son père, réputé pour ses cuivres autant que pour ses violons et guitares. Adolphe n’a que 15 ans quand il présente deux flûtes et une clarinette en ivoire au concours industriel de Bruxelles. Tout à la fois éditeur de musique, professeur, organisateur de concerts, chef de fanfare à l’opéra de Paris et concepteur d’instruments, à qui l’on doit une trentaine de brevets d’invention, ce grand ami d’Hector Berlioz sera victime de son talent et de la jalousie de concurrents. Il connaîtra une vie semée d’embûches. Nommé directeur de la musique particulière de Napoléon III, il devient le facteur de la musique militaire de la maison de l’Empereur, ce dernier le sauvant même un jour de la faillite… Notre homme se fait aussi connaître pour son action émancipatrice envers les femmes, qu’il encourage à la pratique des instruments à vent, salutaire pour leur hygiène physique et mentale. Didier Debaecker n’est lui aussi encore qu’un adolescent quand il aperçoit son premier vrai sabre, dans un grenier. Le virus est pris, mais celui-ci est inoffensif ou presque, c’est celui de la collection. En 2004, il participe à la grande exposition sur les Cent-Gardes à Compiègne, une référence sur le sujet. Depuis plusieurs années, il s'est tourné vers le premier Empire. Des choix s’imposent qui feront le bonheur d’autres amateurs…

Friday 12 June 2020 - 14:00 - Live
Salle des ventes Favart - 3, rue Favart - 75002
Ader
La Drouot Gazette offers you 4Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe