Symbiose artistique au Mexique

On 16 May 2019, by Claire Papon et Anne Foster

L’art de la plumasserie, multiséculaire pour les Aztèques, fut aussi apprécié des conquistadors ; ces mosaïques de plumes sont alors utilisées pour des tableaux religieux, comme en témoigne ce travail époustouflant.

Mexique, seconde moitié du XVIe siècle. Tableau en plumes polychromes sur panneau représentant le Christ bon pasteur et deux scènes de la vie de saint Jean-Baptiste dans un paysage, 20,4 30,2 cm, cadre en ébène incrusté de filets d’os et agrémenté de fleurons en argent doré, probablement Allemagne, dernier tiers du XVIe siècle.
Estimation : 60 000/80 000 


Fin mai 1523 débarquent à Villa Rica de la Vera Cruz, en Nouvelle-Espagne (actuel Mexique), trois frères franciscains flamands. Ils atteignent Texcoco, à une trentaine de kilomètres à l’est de Mexico, où ils sont accueillis par le chef indien Ixtlilxochitl. Parmi eux, un frère mineur gantois, Pierre van der Moere, connu sous le nom Pedro de Mura ou Pierre de Gand. Éprouvant de la sympathie pour ces Indiens, il apprend leur langue, le nahuatl, et compose un catéchisme illustré. Appelé à Mexico, il fonde, en 1529, l’école de San José de los Naturales, qui, contre toute attente, prospère. On y enseigne le latin, la musique, les beaux-arts, les arts mécaniques et la doctrine chrétienne, réservée pour l’après-midi. Fidèle à son respect pour la culture du pays, il en fait aussi un conservatoire des traditions artistiques, dont la plumasserie reste l’un des plus rares et fragiles témoignages. Les amantecas, ouvriers spécialistes de cette technique sous les souverains aztèques, purent ainsi transmettre cet art d’une incroyable précision et leur connaissance des propriétés des diverses plumes. Chaque filament, même le plus minime, doit être collé sur un panneau avec une sûreté de main, mais aussi celle, plus incroyable, du résultat des nuances de couleur, afin de créer les jeux d’ombre d’un visage, les dégradés d’un paysage et les miroitements de l’eau… Tous ces éléments sont visibles dans ce tableau de plumes représentant en bas, à gauche, la prédication de Jean-Baptiste dans le désert devant un groupe d’auditeurs assis et attentifs ; un phylactère sortant de sa bouche proclame «Ecce Agnus Dei» («Voici l’agneau de Dieu»), qu’indique également le bras du saint. Au centre, près d’une ville vue au loin, le Christ est figuré en bon pasteur portant un agneau sur ses épaules, entouré de deux apôtres abrités sous la frondaison des arbres, au pied desquels les eaux du Jourdain accueillent le baptême de Jésus par Jean-Baptiste, accompagné par deux anges. Au-dessus du Christ, Dieu le père et la colombe du Saint-Esprit apparaissent dans les nuées soulignées d’or.

Friday 24 May 2019 - 11:00, 14:00 - Live
Salle 5-6 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Coutau-Bégarie