facebook
Gazette Drouot logo print

Yannick Alléno

Le 13 avril 2018, par La Gazette Drouot

Le chef triplement étoilé a confié à l’artiste Olivier Masmonteil le plafond de son restaurant parisien : le Pavillon Ledoyen, bâtiment néoclassique qui fêtait ses 225 ans en 2017.

Yannick Alléno
Yannick Alléno
© Geoffroy de Boismenu

Êtes-vous plutôt peinture, objet, photo...
Je suis passionné par l’art contemporain et particulièrement réceptif aux installations monumentales et à la sculpture, même si je m’intéresse à tout. J’y suis venu assez tôt grâce au galeriste Kamel Mennour, qui est mon ami d’enfance, mais la rencontre avec mon épouse Laurence Bonnel a été fondamentale. Vivre avec une artiste permet de mieux comprendre leur sensibilité.
Votre dernier coup de cœur culturel ?
Le travail de Latifa Echakhch.
Une œuvre que vous aimeriez posséder ?
Je voue une grande admiration à Giuseppe Penone ; son rapport à la nature me fascine. J’adorerais pouvoir acquérir l’installation Respirer l’ombre - feuilles de thé. Lors de son exposition à Versailles, Penone avait branché un petit chauffage pour que les feuilles libèrent leur parfum…
L’artiste qui vous touche ?
Tadashi Kawamata. J’aimerais beaucoup qu’une de ses œuvres puisse être installée au Pavillon Ledoyen. Nous y réfléchissons…
Tendance FIAC ou Biennale Paris ?
FIAC ! J’ai beaucoup de chance puisque Ledoyen est situé juste derrière le Petit Palais, ce qui me permet d’aller voir les expositions.
Existe-t-il un fil conducteur dans vos acquisitions ?
Je ne fonctionne qu’à l’émotion. Les œuvres me touchent ou non, c’est assez inexplicable. La nature est tout de même souvent en jeu. Cuisiner c’est mettre en valeur ce que la nature nous offre ; j’y vois un réel parallèle.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne