Gazette Drouot logo print

Van Balen, Bruegel… et Rottenhammer

Publié le , par Caroline Legrand
Vente le 26 mars 2022 - 14:00 (CET) - 12-14, rue Peyronnet - 33800 Bordeaux

Petite et charmante, cette scène mythologique de la fin du XVIe siècle est aussi un témoignage des influences et collaborations entre artistes allemands et flamands de l’époque.

Hendrick Van Balen (1575-1632) et Jan Bruegel l’Ancien (1568-1625), Diane et Actéon,... Van Balen, Bruegel… et Rottenhammer
Hendrick Van Balen (1575-1632) et Jan Bruegel l’Ancien (1568-1625), Diane et Actéon, cuivre, 16,5 26,5 cm.
Estimation : 30 000/40 000 
Adjugé : 40 620 €

Au revers de cette peinture sur cuivre demeure une étiquette ancienne inscrite : d’un nom «Rotthamer». Hans Rottenhammer (1564-1625) est un peintre bavarois, originaire de Munich, mais qui a beaucoup voyagé durant sa carrière, notamment à Rome, à Venise puis à la cour de Rodolphe II à Prague. Son style fait la synthèse entre les paysages nordiques et la manière italienne, notamment celle de la Renaissance vénitienne. À Rome, où il séjourna entre 1590 et 1595 environ, il rencontra de nombreux artistes flamands, dont Paul Bril et Jan Bruegel l’Ancien, qui s’était rendu lui aussi en Italie autour de 1593-1596, passant également par Milan. Ces artistes prirent l’habitude de travailler ensemble. C’était là une grande tradition chez les peintres nordiques, souvent spécialisés dans un genre – le paysage ou les figures –, et qui n’hésitaient pas à s’associer avec des confrères préférant d’autres thèmes dans un but bénéfique pour tous. Rottenhammer poursuivit ces collaborations même après son départ d’Italie. D’ailleurs, il croisa Jan Bruegel l’Ancien à la cour de Rodolphe II. À cette époque, vers 1599, l’Allemand peint de petites compositions mythologiques d’une grande finesse, destinées aux cabinets d’amateurs. Le catalogue de l’exposition de 2008-2009 consacrée à Hans Rottenhammer, organisée au château de Bracke, en Allemagne, et à Prague, explique que plusieurs de ses œuvres ont inspiré des artistes flamands, à l’instar également d’Hendrick Van Balen, comme le rappelle le Jugement de Midas, conservé au Fitzwilliam Museum de Cambridge. Dans le même ordre d’idées, l’on sait qu’une autre version de notre Diane et Actéon se trouve à la Alte Pinakothek de Munich. Elle reprendrait, selon les spécialistes, un original perdu de Rottenhammer. Elle présente quelques variantes, notamment dans les éléments placés au sol — une écrevisse remplaçant la grenouille et un poisson et des coquillages, le collier de perles et la chaîne à côté du carquois. Les figures de ces deux compositions sont à mettre à l’actif d’Hendrick Van Balen, tandis que le paysage et ses détails naturalistes sont donnés à Jan Bruegel… deux fidèles collaborateurs.

Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne