Gazette Drouot logo print

José Maria David et un bronze de Zamoyski

Publié le , par Caroline Legrand
Vente le 29 janvier 2023 - 10:00 (CET) - Château de Roye-sur-Matz, Rue du Ponchelet - 60310 Roye-sur-Matz

Les œuvres en bronze marqueront cette vente au château de Roye-sur-Matz. Éclectiques, elles initieront à l’univers animalier de José Maria David et à celui formiste d’August Zamoyski.

José Maria David (1944-2015), table basse La Trêve de la soif, 2008, bronze argenté... José Maria David et un bronze de Zamoyski
José Maria David (1944-2015), table basse La Trêve de la soif, 2008, bronze argenté et doré, plateau en verre, signée, datée et titrée, 59 200 100 cm.
Estimation : 25 000/30 000 

Datée 2008, cette imposante table illustre le travail dans le domaine du mobilier du sculpteur José Maria David. Ce dernier est désormais bien connu pour ses œuvres animalières, héritières de la grande tradition de la spécialité, et notamment de la manière d’un certain Rembrandt Bugatti. Il s’avère aussi très moderne dans la conception formelle de ses bronzes, essentiellement tournée vers le traitement du mouvement. Les dimensions de ses créations sont souvent impressionnantes, à l’image de cette table de deux mètres de longueur ornée sur son entretoise de félins allant s’abreuver à une oasis, où se trouvent déjà installés un pélican, un condor et un hippopotame : un tableau luxuriant et en trois dimensions de la savane et de ses nobles habitants. Auguste Zamoyski (1893-1970) aimait lui aussi le bronze. Fondu vers 1950 par Valsuani, d’après un modèle en plâtre réalisé en 1922 et aujourd’hui perdu, son Portrait formiste de Franz Löwy (1883-1949) sera présenté avec une estimation de 50 000/80 000 € (h. 49 cm). Le sculpteur polonais représente ici le photographe autrichien qui possédait aussi un atelier à Paris et avec lequel il travailla. Cette œuvre illustre une période courte mais éminemment novatrice de la carrière du sculpteur, celle consacrée au formisme. Inspiré du cubisme et de l’abstraction, ce mouvement créé en Pologne à la fin des années 1910 met aussi en avant une approche philosophique et une quête constante de la forme pure. L’œuvre fait également partie de la série des « doubles portraits », dans laquelle Zamoyski traite ses sujets de deux manières différentes, une seule se voulant réaliste. S’il conserve toujours une construction rigoureuse dans les visages, il recherche également les formes les plus expressives. Une exigence qui fait de lui un sculpteur moderne majeur.

dimanche 29 janvier 2023 - 10:00 (CET) - Live
Château de Roye-sur-Matz, Rue du Ponchelet - 60310 Roye-sur-Matz
Hôtel des Ventes de Chantilly Oise enchères
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne