Gazette Drouot logo print

Une indéfectible amitié

Publié le , par Claire Papon
Vente le 02 décembre 2020 - 17:00 (CET) - 17, rue Grange Batelière - 75009 Paris

Une paire de chaises de Diego Giacometti et un lampadaire d’Alberto ayant appartenu à Brassaï pourraient créer l’événement.

Diego Giacometti (1902-1985), paire de chaises, modèle Maeght en fer noir et bronze... Une indéfectible amitié
Diego Giacometti (1902-1985), paire de chaises, modèle Maeght en fer noir et bronze patiné brun à nuance verte, coussin en cuir fauve, vers 1962, 93 35 42 cm.
Estimation : 60 000/80 000 

Les 2 et 3 octobre 2006, 600 photographies, sculptures et dessins étaient mis aux enchères par la maison Millon. Il s’agissait du plus important ensemble de Brassaï jamais proposé sous le marteau, d’autant plus attendu qu’il provenait de sa veuve, décédée en 2005. Deux autres œuvres ayant appartenu au couple et transmises par succession à leurs héritiers connaissent aujourd’hui leur baptême du feu : une paire de chaises, modèle Maeght de Diego Giacometti (voir photo) et un lampadaire en bronze patiné, modèle Tête de femme ou Figure (fonte Susse) d’Alberto (1901-1966). Elles furent offertes par les sculpteurs et conservées par leur ami dans son atelier-appartement rue du Faubourg-Saint-Jacques. Le luminaire, pour lequel 100 000/150 000 € sont demandés, fait naître une silhouette élancée surmontée d’un buste de femme aux traits empreints de douceur. Elle est représentée immobile, contrairement à l’homme généralement en mouvement dans l’œuvre d’Alberto, et démontre le choix d’un retour aux sources anciennes et la fascination du sculpteur pour les civilisations romaines et égyptiennes, comme pour les Primitifs italiens. Objet de prédilection pour Alberto Giacometti, la lampe symbolise le rayonnement qu’un objet peut avoir au-delà de sa fonction initiale. Œuvres d’art autant que pièces utilitaires, les chaises de Diego lui ont été commandées en 1962 par Aimé Maeght pour le café-bar de sa fondation à Saint-Paul-de-Vence. Plusieurs artistes sont mandatés, dont Diego, le «bricoleur», comme il se qualifiait humblement en raison de la destination utilitaire de son œuvre. Il réalisera plusieurs dizaines de chaises, des guéridons, des tabourets, des luminaires, des poignées de portes. Au-delà de leur qualité, ces œuvres racontent l’amitié qui lia à Paris, dès le début des années 1930, trois hommes éloignés de leur terre natale – la Transylvanie pour Brassaï, la ville de Stampa dans les Grisons, au cœur des Alpes, pour les frères Giacometti.

mercredi 02 décembre 2020 - 17:00 (CET) - Live
17, rue Grange Batelière - 75009 Paris
Millon
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne