Gazette Drouot logo print

Une éblouissante «Apothéose du feu»

Publié le , par Philippe Dufour

C’est le qualificatif enthousiaste forgé par Frédéric Dard en 1989 pour désigner la toile de Mathieu, Dédain perdu (voir Gazette n° 34, page 125). Elle vient d’être adjugée 91 250 € à Lyon, soit quasiment deux fois son estimation initiale. Caractéristique du travail de l’artiste flamboyant dans les années 1980, avec sa...

Georges Mathieu (1921-2012), Dédain perdu, 1989, huile sur toile, 97 x 130 cm. Adjugé :... Une éblouissante «Apothéose du feu»
Georges Mathieu (1921-2012), Dédain perdu, 1989, huile sur toile, 97 x 130 cm.
Adjugé : 91 250 €

C’est le qualificatif enthousiaste forgé par Frédéric Dard en 1989 pour désigner la toile de Mathieu, Dédain perdu (voir Gazette n° 34, page 125). Elle vient d’être adjugée 91 250 € à Lyon, soit quasiment deux fois son estimation initiale. Caractéristique du travail de l’artiste flamboyant dans les années 1980, avec sa palette rougeoyante, et surtout ses éclats de lumière accrochés par la matière, elle semble, plus que jamais, évoquer des explosions simultanées. Autre magicien de la couleur la plus vive, mais dans un tout autre style, Robert Combas avait composé une vision fort leste, intitulée J’ai posé la passion, et je suis allé me laver la queue, de 1982… 35 000 € étaient requis pour en examiner tous les détails réjouissants. Artiste chinois dont la cote prend régulièrement de la hauteur, Wang Yan Cheng était aussi présent avec Sans titre, un acrylique et collage sur toile, symphonie dans les tons de bleu et de mauve, vendu 20 000 €. Regardant du côté d’une antiquité revisitée, le travail du duo Anne et Patrick Poirier se laissait admirer à travers un Œil de 1983 ; en marbre gris, ce pseudo-fragment nous fixait de sa pupille, rehaussée d’un cercle métallisé, tandis qu’un collectionneur l’enlevait pour 15 250 €. On en venait ensuite à d’emblématiques pièces de design, dont ces deux tables des alentours de 1960, qui ont fait l’objet d’un Zoom régions (voir Gazette n° 34, page 30). Signées André Borderie, elles arboraient chacune des teintes douces de bleu délavé et de beige, particulièrement réussies. La première, une table basse, présentait un intéressant plateau triangulaire en carreaux de céramique émaillée, orné de motifs abstraits rayonnants, et reposant sur un piétement en métal noir. Certainement la plus spectaculaire, elle engrangeait la somme de 50 000 €. La seconde, un bout de canapé, portait un décor stylisé noir et blanc sur fond bleu, et attirait l’enchère de 25 000 €. 

samedi 13 octobre 2018 - 14:30 (CEST) - Live
70, rue Vendôme - 69006 Lyon
De Baecque et Associés
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne