Gazette Drouot logo print

Une desserte au décor estival

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 18 novembre 2018 - 10:00 (CET) - 25, rue du Temple - 51100 Reims

Les ombellifères constituent l’un des motifs décoratifs préférés des grands ébénistes de la période art nouveau. Émile Gallé, le premier, use de ce thème dans ses créations, vers 1900-1902. Sous son influence, Louis Majorelle s’engage dans cette voie, tout en limitant les représentations trop réalistes de la nature dans...

Louis Majorelle (1859-1926), mobilier de salle à manger art nouveau en bois naturel... Une desserte au décor estival
Louis Majorelle (1859-1926), mobilier de salle à manger art nouveau en bois naturel et placage mouluré et sculpté, à décor d’ombellifères comprenant une desserte (reproduite, 161 x 142 x 51 cm), un buffet, une table et sept chaises.
Adjugé : 10 920 €

Les ombellifères constituent l’un des motifs décoratifs préférés des grands ébénistes de la période art nouveau. Émile Gallé, le premier, use de ce thème dans ses créations, vers 1900-1902. Sous son influence, Louis Majorelle s’engage dans cette voie, tout en limitant les représentations trop réalistes de la nature dans son mobilier. Les ombelles apparaissent donc, stylisées, sur les façades de ses armoires, buffets et autres vitrines. On les retrouve sur l’étagère supérieure, en brassée, de cette desserte des alentours immédiats de 1900, tandis que des serments feuillagés de vigne semblent former le bâti. Le Nancéien fait aussi un bel usage de la marqueterie à thème végétal. Dans le cas présent, des tiges de cucurbitacées envahissent les panneaux inférieurs, et de petites feuilles habillent le fond supérieur, comme une tapisserie. Le meuble faisait partie d’une salle à manger au thème estival, en bois naturel marqueté, qui comprenait aussi un buffet, une table et sept chaises. Un amateur achetait l’ensemble pour 10 920 €. Quant à la vitrine d’exposition d’Émile Gallé présentée dans la Gazette n° 40, page 196, elle n’a pas trouvé preneur. Saison oblige, les bijoux étaient de la partie, avec notamment un pendant d’oreille en or gris et platine orné de deux diamants ronds  dont le plus important, demi-taille, en pampille, d’environ 2,40 ct  échangé contre 10 440 €. Lui succédait un souvenir amusant : un étui à cigarettes de forme rectangulaire en or jaune 750 millièmes. Gravé de filets en diagonales et orné du monogramme «FH», le fermoir serti de six saphirs calibrés, il porte la dédicace «À notre animateur. Les inspecteurs du bureau central et leur chef, le 1er janvier 1935». Pour cet objet courtelinesque mais luxueux, et d’un poids brut de 289,6 g, il vous fallait débourser 7 440 €. 

tableaux, mobilier et objets d'art, bijoux, argenterie
dimanche 18 novembre 2018 - 10:00 (CET)
25, rue du Temple - 51100 Reims
Ivoire - Guizzetti - Collet
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne