Gazette Drouot logo print

Une collection qui donne une certaine vision du XVIIIe siècle…

Publié le , par Caroline Legrand
Vente le 20 janvier 2023 - 14:00 (CET) - Salle 5-6 - Hôtel Drouot - 75009

De la majesté des dernières années louisquatorziennes au premières lueurs du Consulat, en passant par l’exotisme, le mobilier d’un hôtel particulier, dispersé prochainement, traverse cent ans de création française.

Jacques-Philippe Le Sueur (1757-1830), vers 1798-1800, époque Consulat, pendule aux... Une collection qui donne une certaine vision du XVIIIe siècle…
Jacques-Philippe Le Sueur (1757-1830), vers 1798-1800, époque Consulat, pendule aux quatre muses des heures en marbre blanc, sphère en métal émaillée polychrome, mouvement à sonnerie des quarts, signé «Le Paute horloger du Roy à Paris 1790», signature apocryphe sur le marbre de Le Sueur, h. 153 cm, diam. 65 cm.
Estimation : 10 000/15 000 €. Adjugé : 194 275 €
Image du luxe aristocratique, mais aussi plaisir d’une bourgeoisie montante, les arts du XVIII e connurent un essor fabuleux et diverses métamorphoses. Le résultat offre une belle multiplicité qui trouve un écho caractéristique dans le mobilier de cet hôtel particulier, prochainement dispersé lors d’une vente judiciaire. Si aucune information n’a filtré sur ses propriétaires, on perçoit dans leurs différentes acquisitions une ligne directrice  : «Cet ensemble mobilier propose beaucoup de créations du XVIII e ou qui s’en réclament stylistiquement. On a attaché par ailleurs une grande importance à l’effet décoratif visuel de l’ensemble», explique l’expert Morgan Blaise. Dorure et majesté règnent ainsi sur nombre de ces meubles, à l’image de la commode en sarcophage de style Louis  XIV, réplique du célèbre modèle d’ André-Charles Boulle , réalisée vers 1850 par la dynastie d’ébénistes londoniens des Blake (voir en couverture et article page  6). Estimée 20  000/30  000  €, elle renvoie au goût des Anglais pour le mobilier français tout au long du XIX e , une tendance qui trouve son origine dans les ventes révolutionnaires, durant lesquelles les Britanniques furent des acheteurs très actifs. Stylistiquement, ce meuble rappelle les dernières heures du règne de Louis  XIV et à un mobilier encore dévoué au pouvoir royal. Place ensuite à la légèreté et à la sinuosité sous le règne de Louis  XV. En témoigne un ployant en bois doré et aux montants torsadés sculptés de volutes et de canaux, image de l’art rocaille et de cette nature qui envahit alors les intérieurs et leur décor. Ce meuble, telle une sculpture dans laquelle la symétrie est oubliée, annoncé à 6  000/10  000  €, est passé par la collection Yves…
Ce contenu est réservé aux abonnés
Il vous reste 85% à lire.
Pour découvrir la suite, Abonnez-vous
Gazette Drouot logo
Déja abonné ?
Identifiez-vous
vendredi 20 janvier 2023 - 14:00 (CET) - Live
Salle 5-6 - Hôtel Drouot - 75009 Paris
Kahn & Associés , Kahn & Associés
Lire les articles liés à la vente