Gazette Drouot logo print

Une chaise écoresponsable aux couleurs du Brésil

Publié le , par Philippe Dufour

Ce grand pays d’Amérique du Sud a donné le jour à nombre d’architectes et designers audacieux. Parmi eux, les frères Campana et leur mobilier créé à partir d’éléments recyclés, non sans humour.

Humberto (né en 1953) et Fernando (né en 1961) Campana, chaise Sushi II, acier, drap... Une chaise écoresponsable aux couleurs du Brésil
Humberto (né en 1953) et Fernando (né en 1961) Campana, chaise Sushi II, acier, drap de laine et mousse, édition à 35 exemplaires, Estudio Campana, 2003, 85 x 48 x 56 cm.
Estimation : 10 000/12 000 €

Un siège furieusement dans l’air du temps ! Constitué de matières recyclées, il incarne à lui seul toutes les aspirations écologiques contemporaines. Au premier coup d’œil, vous aurez reconnu ses auteurs : les célèbres frères Campana, le duo qui s’est fait une spécialité de ce design très actuel, nourri de récupération. Nés tous deux au Brésil, dans l’état de São Paulo  en 1953 pour Humberto et en 1961 pour Fernando , ils suivent des formations plutôt antinomiques d’avocat et d’architecte. Leurs trajectoires finissent par se croiser en 1983, lorsqu’ils décident de s’associer pour créer des objets d’une conception tout à fait inédite. Bien avant que cela ne devienne un phénomène de mode, les deux complices se lancent en effet dans la fabrication d’un mobilier concocté à partir des rebuts de notre société de consommation. Ce faisant, ils tirent leur inspiration de la culture brésilienne, métissée, où l’esprit de débrouillardise des habitants des favelas se mêle au goût traditionnel des Indiens pour le bois et les coquillages. Transfigurés par leur nouvelle destination, ces matériaux pauvres révèlent alors une opulence insoupçonnée, qui en fait tout autant des accessoires utilitaires innovants que des œuvres d’art proches de l’arte povera. Une double identité vraiment flagrante avec le fauteuil Favela, de 1991, réalisé à partir de bouts de bois recyclés ; depuis, ce siège est devenu l’un des icônes de l’écodesign, ce courant préconisant sobriété énergétique, composants naturels et récupération, où s’illustre toute une nouvelle génération de designers, tels le Néerlandais Piet Hein Eek ou encore le Britannique Richard Liddle.

L’ambition écologique des frères Campana s’appuie sur des technologies de pointe.

Récupération et fantaisie
Notre chaise peut donc bel et bien être qualifiée d’écoresponsable. Mais à la brésilienne, c’est-à-dire avec beaucoup d’humour, comme en témoigne son appellation gourmande de Sushi II. La belle est issue d’une famille plus vaste, baptisée «Sushi Collection» et déclinée en sièges, banquettes et tabourets, mais aussi buffets, cabinets et miroirs, tous rappelant par leurs formes et leurs composantes hétéroclites les fameux petits cylindres japonais à base de riz, de poisson et d’algue. Débutée en 2002, cette série, qui a depuis rencontré un immense succès, compte deux autres assises emblématiques : la chaise Sushi III, composée d’un assemblage de trente-deux mini-rouleaux de moquette fendus, et le fauteuil Sushi IV, véritable cocon qui en comporte plus de soixante-dix. Dans notre cas, il s’agit plutôt de tranches de ces curieux «sushis», réalisées à partir de mousses et de draps de laine, enroulées et juxtaposées côte à côte pour former un vibrant motif de tapisserie. On retrouvera d’ailleurs ce procédé dans la chaise et le sofa Harumaki, aux contours tout aussi libres. Notons tout de même que si l’ambition est écologique, la mise en œuvre, comme souvent chez les Campana, s’appuie sur une technologie de pointe, avec la fabrication complexe des plateaux de plastique, où s’insèrent les appétissantes tranches multicolores.

mardi 14 février 2017 - 16:30 (CET) - Live
5, rue Vincent-Courdouan - 13006 Marseille
De Baecque et Associés ,
Leclere - Maison de ventes
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne