facebook
Gazette Drouot logo print

Une belle leçon de sculpture à Senlis

Le 22 mars 2018, par Philippe Dufour

Aux couleurs de la sculpture du XXe siècle, cette vente senlisienne voyait la victoire d’une taille directe d’Alfred Boucher nommée La Toilette. Sculptée dans le marbre blanc de Carrare, elle figure en haut relief une jeune femme nue sur une terrasse. Boucher se fait connaître avec le grand prix du Salon de 1881. Excellent…

Une belle leçon de sculpture à Senlis
Alfred Boucher (1850-1934), La Toilette, sculpture en taille directe en marbre blanc de Carrare, 53,5 x 26 x 11 cm.
Adjugé : 29 300 €

Aux couleurs de la sculpture du XXe siècle, cette vente senlisienne voyait la victoire d’une taille directe d’Alfred Boucher nommée La Toilette. Sculptée dans le marbre blanc de Carrare, elle figure en haut relief une jeune femme nue sur une terrasse. Boucher se fait connaître avec le grand prix du Salon de 1881. Excellent portraitiste, il est très vite sollicité pour réaliser des commandes publiques et privées de monuments. On lui doit d’avoir reconnu le premier le talent de Camille Claudel, qui suivra son enseignement, avant que le maître ne la recommande à son ami Auguste Rodin. L’un de ses thèmes favoris demeure le corps de la femme, qu’il traite en ronde bosse ou en haut relief, tel ce nu de style encore académique, mais qui se ressent d’une influence art nouveau. Pour en admirer les courbes, il vous fallait compter 29 300 €. Quant aux Panthères s’abreuvant imaginées par Roger Godchaux (voir Gazette n° 10, page 153), elles étaient cédées pour 24 400 €. Rappelons qu’il s’agissait d’un groupe en bronze à patine brun nuancé, signé sur la terrasse, et qu’il portait le cachet du fondeur «Susse Frères Éditeurs Paris» et le numéro 6, en creux. De José-Maria David, un important bronze à patine brun-vert délicatement nuancée, signé et numéroté «1/8» sur une patte représentait un Sanglier. Son auteur, issu d’une famille d’artistes, exerce d’abord le métier d’antiquaire avant de se consacrer à la sculpture animalière en 1986. Son art réaliste, qui n’est pas sans faire penser à Rembrandt Bugatti, lui valait cette fois 12 810 €. Plus ancien, Le Génie de la pêche, par Pio Fedi, était une statue en marbre de Carrare portant la mention gravée «Professore Pio Fedi fece in Firenze nel 1886» ; œuvre de la fin de la vie de l’artiste, elle témoignait de sa grande virtuosité et justifiait 11 250 €. 

tableaux, mobilier et objets d'art, bijoux, estampes, sculptures, bronzes
dimanche 18 mars 2018 - 14:30 (CET)
63, rue du Faubourg-Saint-Martin - 60300 Senlis
Actéon - Hôtel des ventes de Senlis
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne