facebook
Gazette Drouot logo print

La Gazette Drouot Enchères à la une - Zoom

Un prince de la jeunesse en marbre de l’époque antonine

Le 06 janvier 2022, par Philippe Dufour

À travers ce visage de marbre, reprend vie un jeune homme de l’époque des Antonins, dont les traits légèrement idéalisés ne sont pas sans évoquer la figure du mythique Antinoüs…

Un prince de la jeunesse en marbre de l’époque antonine
Époque romaine, vers 138-150. Tête de jeune prince, marbre blanc (nez restauré au plâtre), 26 23 cm, hauteur totale avec socle 39 cm.
Estimation : 150 000/200 000 

Le modèle qui a posé pour cet exceptionnel portrait romain esquisse un sourire du bout des lèvres, parfaitement dessinées selon les canons de la beauté grecque. Cependant, bien des détails du visage de cet éphèbe latin – conservé jusqu’à aujourd’hui dans l’importante collection de l’artiste contemporain A.Z. – indiquent qu’il s’agit là d’un jeune homme ayant réellement existé, et non d’une froide divinité de l’Olympe. Ainsi, son regard se porte vers la droite, ce qu’indiquent les iris incisés et les pupilles creusées animant ses yeux, sous des sourcils rendus par de fines stries. Quant au visage imberbe, son épiderme lisse contraste avec l’extraordinaire masse de la chevelure bouclée, fouillée en profondeur par l’usage du trépan… Au vu d’une telle qualité d’exécution, il ne peut s’agir que d’un portrait de personnage de haut rang, proche vraisemblablement de la famille impériale et saisi aux alentours de ses 20 ans. Reste ensuite à définir à quelle époque vécut le jeune homme… Selon l’expert Daniel Lebeurrier, tous les éléments stylistiques énumérés plus haut pointent une réalisation se situant entre 138 et 150, soit au cœur du règne des Antonins : une dynastie des plus brillantes, dont on s’accorde à dire qu’elle marque l’apogée de l’Empire par sa puissance et sa volonté d’expansion, entretenue par sept souverains des plus marquants et pour l’un d’entre eux, philosophe. Elle débute en 96 avec la prise de pouvoir de Nerva et se termine en 192 avec l’assassinat de Commode. Entre-temps se succèdent Trajan, Hadrien, Antonin le Pieux, Marc Aurèle et Lucius Vérus, tout au long d’un IIe siècle que l’on pourra qualifier de siècle d’or romain. Au cours de ces gouvernements prestigieux, les ateliers impériaux de la Ville éternelle ne cessent de produire des portraits officiels, dits «de propagande», d’une extrême qualité et destinés à être diffusés. Parmi ceux-ci existent beaucoup de figures de jeunes princes portant déjà le titre de César puisque destinés à devenir plus tard empereurs. Ainsi en est-il de notre tête juvénile, que l’on peut rapprocher de bustes similaires conservés aux musées du Louvre, du Capitole à Rome et de Saint-Raymond à Toulouse. Par ailleurs, les traits d’un visage sans défaut rappellent ceux d’un autre célèbre modèle du temps : Antinoüs, le favori d’Hadrien, mort noyé dans la fleur de l’âge puis divinisé, dont la figure symbolise – au moment même de l’exécution de la tête présentée ici – l’éternelle jeunesse et la beauté parfaite. 

archéologie, tableaux anciens, bijoux, bagages et accessoires de mode, Extrême-Orient, art nouveau, art déco, design, arts décoratifs du XXe, meubles anciens et de style, objets d'art et d'ameublement, verreries, sculptures, bronzes, art d'Asie, montres
dimanche 30 janvier 2022 - 14:00 (CET) - Live
14, boulevard Eindhoven - 14400 Bayeux
Bayeux Enchères
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne