Gazette Drouot logo print

Un faune des plus mystérieux

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 17 septembre 2022 - 14:00 (CEST) - 18, boulevard des Nations - 69960 Corbas

Marquée par un éclectisme de haute tenue, la session témoignait de la virtuosité de Vrancx, dépassée par une enchère inattendue portée sur une sculpture.

Jeune faune en marbre veiné, XIXe siècle, 104 x 28 x 16 cm. Adjugé : 145 230 € Un faune des plus mystérieux
Jeune faune en marbre veiné, XIXe siècle, 104 28 16 cm. 
Adjugé : 145 230 


C’est dans le domaine du volume que résidait le gagnant toutes catégories de la journée : un étonnant groupe en marbre veiné, sculpté en ronde bosse et représentant un Jeune faune (104 28 16 cm) à l’antique, estimé d’époque XIXe siècle, devait s’envoler à 145 230 € à partir d’une estimation haute de 5 000 €… De reliefs, il était aussi question avec une plaque en albâtre de forme cintrée, finement sculptée d’une Nativité aux bergers, et enlevée à 19 050 €. L’épisode évangélique se présente dans un décor très architecturé avec colonnes cannelées, frises de rinceaux, voûtes à caissons et arcatures en anse de panier. Peut-être réalisé à Malines ou dans le Brabant au milieu du XVIe siècle, le bas-relief (35 23,5 cm) était présenté dans un large cadre en chêne. Lui succédait la statue d’un personnage célèbre, en marbre sculpté  : un Héraclès juvénile (80 30 26 cm), du XIXe siècle, qui partait pour 11 020 €. Au chapitre des peintures, ce panneau signé par Sebastian Vrancx se démarquait par son sujet très enlevé. On y détaille une Scène d’escarmouche (73 103,5 cm), l’un de ses thèmes favoris avec les batailles et exploits militaires dont il se fera une spécialité (voir l'article Panique dans les Pays-Bas espagnols de la Gazette n° 31, page 67). L’œuvre tumultueuse était finalement adjugée 24 400 €. Le beau mobilier n’était pas en reste, avec, en particulier, un cabinet en placage d’ébène à décor d’ondées, ouvrant à deux portes, découvrant dix tiroirs plaqués d’écaille blonde, ébène et filets d’os ; et derrière une porte à colonnes doriques, se cache un théâtre à fond de miroir. Du XVIIe siècle, le meuble (78 88 43 cm) valait bien 8 530 €. Une grande table à gibier en chêne d’époque Régence (87 154 69 cm) était aussi déménagée à 6 890 €, présentant un décor en ceinture de feuillages et entrelacs.

Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne