Un dimanche à la galerie

Le 16 juillet 2020, par Agathe Albi-Gervy
DR

Le 13 septembre revêtira une importance symbolique pour les galeries françaises : après des semaines de fermeture et de reprise incertaine, la 6e édition de l’événement «Un dimanche à la galerie» leur permettra de mobiliser les collectionneurs et de porter un message optimiste. Sur l’ensemble du territoire national, cette journée d’ouverture commune, initiée et coordonnée par le Comité professionnel des galeries d’art, rassemble 165 enseignes. Vernissages, expositions temporaires ou simples ouvertures dominicales, les initiatives prennent des formes variées. «Les galeries d’art sont les seuls espaces gratuits et ouverts à tous qui proposent un accès direct à l’art et à notre patrimoine d’aujourd’hui et de demain. La diversité et la qualité de leur offre artistique sont reconnues à l’international et offrent un pendant complémentaire à celle des musées français : elles participent donc pleinement à l’attractivité de notre pays !», commente Marion Papillon, la présidente du comité. Si le Grand Paris est particulièrement actif, une vingtaine de villes de dix régions françaises s’investissent dans la manifestation, notamment représentées par Henri Chartier (Lyon), Ceysson & Bénétière (Saint-Étienne), Collégiale Lille, Depardieu (Nice), DX (Bordeaux), Claire Gastaud (Clermont-Ferrand), Oniris (Rennes)…Quant aux adresses parisiennes, elles comprennent Anne de Villepoix, Anne Barrault, Thomas Bernard – Cortex Athletico, ETC, Les Filles du calvaire, Antoine Levi, galerie Mitterrand, Praz-Delavallade, Almine Rech, Michel Rein, David Zwirner, Berès, Dumonteil, Loevenbruck, Maison Paris ou encore Hélène Bailly et 22,48 m .

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne