facebook
Gazette Drouot logo print

Un Dimanche à la galerie, flânerie parisienne contemporaine…

Le 28 octobre 2021, par Annick Colonna-Césari

Pour sa 7e édition, Un Dimanche à la galerie mobilise plus de 140 marchands et participe à l’effervescence de cette rentrée automnale.

Un Dimanche à la galerie, flânerie parisienne contemporaine…
Vue de l’exposition de la galerie parisienne Sultana, édition Un dimanche à la galerie 2020.
COMITÉ DES GALERIES D 'ART © FRANCESCA AVANZINELLI

Le rendez- vous se tient généralement en septembre, mais cette année, « en raison d’un calendrier particulièrement chargé, nous avons choisi de le décaler», explique Marion Papillon, présidente de Comité professionnel des galeries d’art (CPGA), à l’origine de l’événement. Tout en conservant sa philosophie – s’adresser au plus grand nombre –, il prolonge à sa façon l’effervescence de la rentrée, succédant au quatuor Art Paris - Art Basel - Frieze London - FIAC tout en précédant Paris Photo de quelques jours. « Programmé le 7 novembre, après le retour des foires, ajoute Marion Papillon, il donne par la même occasion un coup de projecteur sur l’activité des galeries, et leur permet de relancer les habitudes de visite qu’un nouveau public avait prises, pendant le confinement, alors que les musées étaient fermés.» Les galeries ont compris le message. Pour sa 7e édition, cette journée d’ouverture commune fédère cent quarante-deux enseignes, y compris les plus renommées – de Perrotin à Templon et de Zwirner à Ropac. Partagée en quatre-vingt-quinze solo shows et quarante-sept group shows, elle s’étend à l’ensemble du territoire, car 10 % sont localisées en régions, proportion correspondant à la cartographie globale hexagonale. Cette forte mobilisation fait sans aucun doute écho au succès rencontré par les actions intergaleries, qui se sont renforcées notamment pendant la crise sanitaire. C'est le cas de Paris Gallery Weekend, également piloté par le CPGA, ou encore de Marais Guide, initié par un groupe de marchands dont Éric Dereumaux, directeur de la galerie RX, comptant aussi parmi les participants de l’opération Un dimanche à la galerie : « Au sortir de cette crise, il nous faut être encore plus proches du public », estime-t-il.
Une autre atmosphère
Ce 7 novembre offrira justement à ceux qui le souhaitent l’opportunité de découvrir, en accès gratuit comme d’habitude, les œuvres de quelque quatre cents artistes. Et ceci, dans l’atmosphère décontractée d’un dimanche, encore plus appréciée depuis que des manifestations en tous genres – Gilets jaunes ou antivax — perturbent régulièrement la journée du samedi, venant s’ajouter aux difficultés de circulation à Paris. Conséquence : « En fonction des quartiers, les amateurs ne viennent plus », déplore la galeriste du 11e Anne de Villepoix. Au contraire du dimanche, où les flâneurs se déplacent toujours volontiers… « Si nous sommes ravis d’accueillir un nouveau public, nous en profitons aussi pour recevoir nos collectionneurs », ajoute Éric Dereumaux. Dans des conditions d’autant plus privilégiées que des surprises attendent les visiteurs : les marchands sont en effet incités à monter des événements parallèlement aux expositions elles-mêmes. Ainsi la galerie RX proposera-t-elle une conversation entre le sculpteur Christian Lapie et le commissaire Thierry Grillet. Marion Papillon organisera de son côté un goûter en liaison avec le travail céramique de la plasticienne Elsa Sahal. Quant à Anne de Villepoix, elle a invité des musiciens inspirés par les toiles de l’artiste congolais Franck Lundangi qu’elle a accrochées sur ses murs… Vivement dimanche !

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne