facebook
Gazette Drouot logo print

Un dessin attribué à Jean-Dominique Ingres

Le 26 avril 2018, par Philippe Dufour

Un rendu tout en finesse, une expression saisie avec justesse, et la ressemblance avec un autre dessin, celui-ci signé, de son auteur supposé... La réunion de toutes ces qualités ne pouvait que faire grimper les enchères, à partir des 5 000 € de l’estimation initiale, pour ce crayon noir attribué à l’illustre Jean-Dominique…

Un dessin attribué à Jean-Dominique Ingres
Attribué à Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867), recto : Portrait de Guillaume Guillon-Lethière, crayon noir annoté «Ingres» à droite, au verso : Étude de femmes enlacées, 19,3 cm.
Adjugé : 16 120 €

Un rendu tout en finesse, une expression saisie avec justesse, et la ressemblance avec un autre dessin, celui-ci signé, de son auteur supposé... La réunion de toutes ces qualités ne pouvait que faire grimper les enchères, à partir des 5 000 € de l’estimation initiale, pour ce crayon noir attribué à l’illustre Jean-Dominique Ingres. Le Portrait de Guillaume Guillon-Lethière se laissait emporter sur un coup de marteau à 16 120 €. Malgré de nombreuses pliures, et une coupure en diagonale, la feuille possède l’indéniable charme ingresque (ce que confirmait une annotation) ; et effectivement, on pouvait la mettre en relation avec le portrait de ce même modèle, fixé par Ingres à Rome en 1815,
et conservé aujourd’hui à la Morgan Library de New York. Argument supplémentaire : au verso de notre œuvre se trouve un dessin qui se rapproche de la toile intitulée
Raphaël et la Fornarina, qu’il commença à Rome en 1813, et particulièrement d’une première pensée d’Ingres, appartenant aux collections du musée de Montauban, où deux femmes posent pour la mise en place de la composition. Le modèle n’est autre que le peintre Guillaume Guillon-Lethière, aux origines métisses, né à la Guadeloupe, célèbre sous l’Empire et la Restauration, en particulier pour son grand tableau de 1822 nommé Le Serment des ancêtres, qui représente Alexandre Pétion et Jean-Jacques Dessalines, figures de la révolution haïtienne ; il se trouve aujourd’hui au palais présidentiel de Port-au-Prince. Rappelons que notre portrait provient de la collection Jacques Boussac vendue les 10 et 11 mai 1926 à la galerie Georges Petit à Paris. On se tournait ensuite vers la Chine pour admirer une paire de jardinières octogonales en bois laqué et incrustations de nacre, reposant sur quatre petits pieds, ornées sur les deux faces principales de scènes animées de personnages au milieu de pavillons, dans des paysages lacustres et montagneux. Elles dataient de l’époque Kangxi, du XVIIe siècle, et recueillaient la somme de 6 572 €. 

Art d'Asie, monnaies, orfèvrerie, meubles anciens et de style, objets d'art et d'ameublement, dessins et tableaux anciens, automobilia
mardi 17 avril 2018 - 10:00 (CEST)
Hôtel des ventes, 26, rue du Château - 29200 Brest
Thierry - Lannon & Associés
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne