Gazette Drouot logo print

Émile Friant, un artiste précoce

Publié le , par Caroline Legrand

C’est un Émile Friant âgé d’à peine 20 ans qui réalise ce portrait d’artistes dans un atelier. Une œuvre intime et éminemment moderne, qui signe un début de carrière prometteur.

Émile Friant (1863-1932), L’Intérieur d’atelier, 1882, huile sur panneau signée,... Émile Friant, un artiste précoce
Émile Friant (1863-1932), L’Intérieur d’atelier, 1882, huile sur panneau signée, 46 38 cm.
Estimation : 30 000/50 000 
Adjugé : 290 000 

Émile Friant présente cet Intérieur d’atelier au Salon des artistes français de 1882, qui a succédé à celui des Beaux-Arts deux ans plus tôt, dans le cadre du palais des Champs-Élysées. Il y est accompagné d’une autre œuvre, L’Enfant prodigue, qui recueille alors une mention honorable. Notre scène, plus intimiste, n’avait sans doute pas la même ambition que la composition biblique au format majestueux – près de trois mètres de hauteur –, auparavant conservée au musée de Roubaix mais qui a malheureusement disparu (en subsiste une esquisse appartenant aux collections du musée de Nancy et portant une dédicace à Camille Martin). Elle se fit néanmoins également remarquer. Pour sa première participation au Salon, le jeune Friant – il est âgé de 19 ans – veut montrer ses capacités et sa pleine maîtrise des leçons de son maître Alexandre Cabanel, depuis trois ans aux Beaux-Arts de Paris. Et dès ses premières œuvres, il démontre aussi sa liberté artistique et sa sensibilité aux nouveaux courants, comme le naturalisme de Jules Bastien-Lepage — un autre Lorrain — ou l’impressionnisme. Ces deux jeunes artistes, croqués sur le vif dans leur atelier, relèvent ainsi d’une évidente modernité. Les modèles comptent parmi les plus proches amis de Friant, rencontrés durant ses jeunes années aux beaux-arts de Nancy : Camille Martin (1861-1898) – assis de manière désinvolte, se balançant sur sa chaise – et Mathias Schiff (1862-1886), un sculpteur décédé prématurément et surtout connu pour sa statue de René II, place Saint-Epvre à Nancy. Il les figure fréquemment à cette époque, comme en témoigne aussi un dessin, passé par la collection Roger Marx, qui représente Friant montrant la porte d’un bahut réalisé par Majorelle à Schiff. Il se plaira d’ailleurs durant toute sa carrière à portraiturer ses proches. Au Salon de 1882, Intérieur d’atelier attire donc aussi l’attention, et se voit même choisi par Le Monde illustré pour être reproduit en une. Certains critiques, tel Paul Leroi, estiment que cette œuvre, plus que L’Enfant prodigue, garantit un avenir prometteur à Émile Friant. Pourtant, son auteur rata d’une voix la médaille de bronze… le vote de son maître Cabanel, qui ne voulait pas griser trop tôt son jeune élève.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne