Tensions à la fondation Beyeler

Le 15 juillet 2021, par Vanessa Schmitz-Grucker

C’est une annonce déroutante qu’a reçue la fille de Claude-Louis et Micheline Renard, Delphine Renard, de la Fondation Beyeler : l’institution bâloise va vendre, « directement et discrètement à des collectionneurs étroitement liés à la Fondation », quatre œuvres issues de la donation du couple Renard en 2013.

© Mark Niedermann

Les collectionneurs français, qui tenaient Ernst Beyeler en estime, étaient devenus, après lui, les seconds donateurs du fonds Beyeler. La collection Renard, centrée sur les artistes internationaux de l’après-guerre, avait alors été louée pour ses correspondances étroites avec celle du mécène suisse, non seulement dans le choix des œuvres, mais aussi dans les dialogues esthétiques, notamment entre Jean Dubuffet, Sam Francis et Antoni Tàpies, trois artistes communs aux deux ensembles. Huit ans plus tard, le ton a quelque peu changé. Malgré son extension, il n’y a plus de place pour quatre Dubuffet, qui seront donc vendus sans aucune autre forme de ménagement – et d’ailleurs, « sans motif », selon les dires de la Fondation au Journal des arts. Tout juste précise-t-on que « le bénéfice de la vente sera utilisé par la fondation Beyeler pour acheter de nouvelles œuvres pour sa collection ». Si cette vente est irréprochable sur le plan légal, le contrat de donation ne comportant aucune clause restrictive quant à son droit éventuel de revente, elle l’est nettement moins sur le plan moral. Delphine Renard est scandalisée par cette décision qui, selon elle, va à l’encontre des intentions de ses parents et de leur travail de collectionneurs. La fondation Beyeler se défend en arguant qu’un « ensemble central d’œuvres de la collection Renard restera durablement à la fondation Beyeler ». Mais Delphine Renard indique encore que la fondation aurait grandement insisté, en 2013, pour que ne figure aucune clause relative à la revente, trahissant ainsi la confiance que leur avait témoignée le couple Renard.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne