Gazette Drouot logo print

Sur les ruines de l’ancien régime

Publié le , par Caroline Legrand

Conservé depuis des décennies dans la même famille, ce tableau a révélé son secret à la lumière de la récente exposition consacrée à Hubert Robert, au Louvre. Itinéraire.

Hubert Robert (1733-1808), La Démolition du château de Meudon, toile transposée sur... Sur les ruines de l’ancien régime
Hubert Robert (1733-1808), La Démolition du château de Meudon, toile transposée sur toile, 59 x 74 cm (détail).
Estimation : 40 000/60 000 €

Une histoire dans l’Histoire. Son thème n’est pas l’unique intrigue de cette peinture, la révélation de son attribution et son cheminement jusqu’à la salle de ventes nantaise valant aussi qu’on s’y arrête. Dans les collections d’une même famille depuis plusieurs décennies, l’œuvre était attribuée à Hubert Robert «selon la légende familiale», sans plus de certitude. Jusqu’à un beau jour du printemps dernier. Son propriétaire visite alors l’exposition «Hubert Robert 1733-1808  Un peintre visionnaire» au musée du Louvre ; ébahi, il découvre un tableau, prêté par le Getty Museum de Los Angeles, similaire au sien quoique de dimensions deux fois supérieures. Voilà qui le pousse à se rendre chez les commissaires-priseurs de Nantes afin d’en savoir plus.
Une scène à faire vibrer l’âme
L’expertise est des plus concluantes : aucun doute sur son auteur, les recherches révèlent même que ce tableau faisait partie de la vente après décès du peintre, en date du 5 avril 1809. Répertoriée sous le numéro 129, cette «belle esquisse terminée de la démolition du château de Meudon» fut alors achetée par un dénommé Coseus pour 50 francs… Déjà recherché à son époque, le peintre ne l’est pas moins aujourd’hui, en témoigne son estimation ! Toujours en quête d’émotion et de poésie, Hubert Robert céda bien souvent à la tentation de l’invention. Ainsi anime-t-il ses paysages de personnages pittoresques, ajoute-t-il ici ou là quelques rochers mystérieux et des ruines ancestrales. Mais dans notre esquisse, nul besoin de modifier la réalité, la scène parle d’elle-même et fait vibrer l’âme de n’importe quel amateur de l’art et de l’histoire de France  en tête desquels Hubert Robert lui-même. Cette scène de la démolition du château de Meudon devait d’ailleurs le toucher plus que quiconque : l’artiste avait participé, en 1784, au réaménagement des jardins de ce château situé entre Paris et Versailles. Il réalisa à cette occasion plusieurs dessins des lieux, dont un est conservé au musée Carnavalet, à Paris.
Symboles de l’ancien régime
Mais les temps changent… Si le peintre a su passer sans encombres toutes les époques, de Louis XV à Napoléon, tel n’est pas le cas du château de Meudon, un des symboles de l’Ancien Régime. La demeure royale a subi de nombreuses transformations sous la direction du Grand Dauphin, fils de Louis XIV, avant d’être intégrée au domaine de la Couronne sous les règnes de Louis XV et Louis XVI. Ce dernier aime tout particulièrement cette demeure, pour laquelle il dessine même un pavillon dans un style anglo-chinois. Mais, la Révolution sonne le glas de nombre d’architectures aussi. La Convention nationale le fait totalement vider, un incendie ravage une partie du château, avant que la démolition ne soit décidée, en 1803. Napoléon fera revivre les lieux en ordonnant la construction d’un château neuf, aujourd’hui rattaché à l’observatoire de Paris. En homme cultivé du siècle des Lumières et amoureux de l’architecture, qu’elle soit antique ou moderne, Hubert Robert nous offre une peinture vibrante… qui laisse songeur sur les aléas de l’Histoire.

sculptures, bronzes,objets d'art et d'ameublement,verreries, vitraux,tableaux anciens,pendules
mardi 27 septembre 2016 - 14:00 (CEST)
8-10, rue Miséricorde - 44000 Nantes
Ivoire - Couton - Veyrac - Jamault
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne