Gazette Drouot logo print

Suprême récompense royale

Publié le , par Caroline Legrand
Vente le 20 septembre 2019 - 14:30 (CEST) - 12-14, rue Peyronnet - 33800 Bordeaux

Provenant d’une collection particulière bordelaise, cette pièce de 4 louis, en or, à l’effigie de Louis XIII, est l’une des monnaies royales les plus rares : seuls sept spécimens en sont référencés.

Louis XIII (1610-1693), 4 louis, 1640, Paris. poids 26,86 g. Estimation : 70 000... Suprême récompense royale
Louis XIII (1610-1693), 4 louis, 1640, Paris. poids 26,86 g.
Estimation : 70 000 

Le souverain (1610-1643) joua un rôle majeur dans l’histoire monétaire française. En effet, c’est lui qui, en 1640, à la toute fin de son règne, décida de bâtir un nouveau système en la matière, afin de contenir la diffusion de pièces étrangères, en particulier espagnoles, dans le royaume. Avec l’aide de son ministre des Finances Claude de Bullion, il créa ainsi en 1640 le louis d’or  qui valait alors 10 louis  puis une année plus tard le louis d’argent, ou écu blanc de 3 livres. Ce système fut conservé jusqu’à la Révolution française. Tous les louis d’or furent gravés par un seul et même homme : Jean Varin (1607-1672). Ce sculpteur et graveur de monnaie d’origine belge s’installa à Paris en 1626. Ces pièces étaient frappées au balancier  une nouvelle technique mécanique  et présentaient presque toutes le même décor avec des variations uniquement au niveau du buste royal. À l’avers figure la tête laurée entourée de la devise «LDV (Ludovicus) XIII D(ei) G(ratia) FR(ancorum) ET NAV(arum) REX» et, au revers, une croix composée de huit «L» avec une couronne à chaque extrémité et une fleur de lys aux angles de la croix, entourée de la devise «CHR(I)S(TUS). REG(nat) VINC(it et) IMP(erat)» pour «le Christ règne, vainc et commande». Si le double louis, le louis et le demi-louis sont des monnaies de circulation, servant à payer des denrées, le 4 louis présenté lors de cette vente était une monnaie dite «de plaisir», de même que le 10 louis ou le 8 louis  dont un rare exemplaire de 1640 sera également présenté à cette vente (50 000 €). Toutes frappées à Paris, comme l’indique le «A» présent au centre de leur revers, ces pièces étaient en fait des récompenses offertes par le roi en remerciement de certains services. Le tirage de ces monnaies était très réduit par rapport à celles de circulation, et seuls trois ou quatre exemplaires des 4 louis sont passés en ventes publiques jusqu’à présent...

vendredi 20 septembre 2019 - 14:30 (CEST)
12-14, rue Peyronnet - 33800 Bordeaux
Briscadieu
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne