Gazette Drouot logo print

Souvenirs d’un couple de chanteurs d’opéra

Publié le , par Sophie Reyssat

Les souvenirs d’un couple de chanteurs, Maria Helena de Oliveira et José Todaro, sont sous les feux de la rampe.

École française vers 1800 d’après Eustache Le Sueur, Calliope, 131,5 x 86 cm, d’une... Souvenirs d’un couple de chanteurs d’opéra
École française vers 1800 d’après Eustache Le Sueur, Calliope, 131,5 86 cm, d’une suite de quatre huiles
sur toiles ovales figurant également les muses Uranie, Erato et Terpsichore.

Estimation : 35 000/50 000 

Les muses, qu’Eustache Le Sueur a peintes au milieu du XVIIe siècle pour orner une chambre de l’hôtel Lambert, à Paris – des tableaux acquis pour Louis XVI en 1777 et entrés au Louvre en 1785 –, et dont quatre reproductions seront proposées ce dimanche, présideront à cette vente. Si les objets ont une âme, ceux présentés auront du cœur : ils raconteront l’histoire d’une passion, celle de la mezzo-soprano brésilienne Maria Helena de Oliveira et du ténor sicilien José Todaro. C’est grâce à Carmen, de Georges Bizet, joué au théâtre royal de la Monnaie, à Bruxelles, qu’ils se sont rencontrés. Carmen et Don José ne se sont dès lors plus quittés, partenaires à la vie comme à la scène, d’opéras en opérettes. Une page se tourne aujourd’hui avec la dispersion du contenu de leur demeure de Maisons-Laffitte. La garde-robe de la cantatrice évoquera les soirées au Palais Garnier, et il faudra prévoir autour de 31 000 € pour une broche centrée d’un cœur de diamant orange, entouré par près de 300 autres diamants, l’ensemble totalisant près de 27 ct. L’après-midi s’ouvrira avec des souvenirs de carrière de José Todaro. Comptant pas moins de 42 opéras à son répertoire, considéré comme l’héritier de Luis Mariano, il a également chanté les airs de Gipsy et de Volga, spécialement composés pour sa voix par Francis Lopez. Pour son intérieur, le couple appréciait l’esprit du XVIIIe siècle, comme en témoignera un ensemble de meubles estampillés. Un bureau plat d’époque Louis XVI, ouvrant à trois tiroirs, illustrera le goût «à la grecque» (150 000/200 000 €). Il est doublement estampillé par Philippe-Claude Montigny et René Dubois. Reçu maître en 1766, le premier reprit l’entreprise de son père, ébéniste du faubourg Saint-Antoine. Le second, qui était son cousin, tenait un atelier prospère à la même époque rue de Charenton, et devint marchand en 1772.

samedi 25 juin 2022 - 14:00 (CEST) - Live
23,Avenue Carnot - 78600 Maisons-laffitte
Hôtel des Ventes de Chantilly Oise enchères
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne