Gazette Drouot logo print

Sous le sceau de la Chine

Publié le , par Sophie Reyssat

Finement sculpté d’une chimère et d’un dragon, ce cachet déclenchait une enchère impériale.

Sous le sceau de la Chine
Chine, période Guangxu, fin du XIXe siècle. Cachet en stéatite de couleur miel, de forme carrée, la partie haute sculptée d’un bixie et d’un dragon chilong, la base porte les quatre caractères en zhuanshu «Mao Qin dian bao», 5,6 6,7 6,7 cm.
Adjugé : 1 098 260 

En étant emporté pour 1 098 260 €, ce cachet obtenait un résultat conforme à celui d’un sceau impérial. Il est cependant difficile de l’attribuer à un souverain particulier. L’authentification d’un cachet s’appuie en effet sur le Recueil des sceaux des empereurs et souveraines de la dynastie Qing – le Qing dai di hou xi yin pu, dont les treize volumes reproduisent les empreintes. Si les caractères gravés et la taille ne correspondent pas parfaitement, la prudence est de mise, la qualité de l’objet et sa provenance étant les seuls indices sur lesquels s’appuyer. Tel a été le dilemme pour ce sceau. «Sa base n’était pas parfaite, avec une faible profondeur des caractères et un pourtour très légèrement en pente», précise Anne Papillon d’Alton. Mais la sculpture du félin ailé couché et celle du dragon chilong sont d’une très grande qualité, et sa matrice est gravée de caractères bien dessinés nommant l’un des pavillons de la Cité interdite où l’empereur travaillait et étudiait : «Mao Qin dian bao». Il a en outre été ramené de Chine vers 1896-1897, par l’arrière-grand-père de son propriétaire. Les imperfections de l’objet pourraient s’expliquer par un polissage destiné à effacer des accidents, la stéatite étant un matériau très fragile. L’hypothèse d’une fabrication au XVIIIe siècle pourrait être avancée. En l’absence de preuve formelle, le marché a tranché avec ce beau résultat. D’autres succès étaient au rendez-vous, une encre et couleur sur soie signée par Mai Trung-Thu, dit Mai Thu, en 1971, et titrée L’Heure de tété(e), obtenant 265 310 € (34,8 19 cm). Immortalisés par Charles Balencie en 1907, Les Chasseurs moïs étaient salués à 45 658 € (126 192 cm, voir l'article Charles Balencie, souvenirs d’Indochine de la Gazette n° 12, page 105).

Livres, manuscrits, photographies, marine (sur le thème de la), tableaux, mobilier et objets d'art, sculptures, marbres et bronzes, armes, chasse et militaria
samedi 26 mars 2022 - 14:30 (CET)
13 rue Thiers - 78100 Saint Germain En Laye
SGL Enchères - Frédéric Laurent de Rummel et Peggy Savidan
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne