Soto. La quatrième dimension à Bilbao

Le 10 décembre 2019, par Marie-Laure Castelnau
Jesús Rafael Soto (1923-2005), Sin título, 1958, 100 100 38 cm, colleccion Patricia Phelps de Cisneros.
© Jesús Rafael Soto, Adagp Paris/Vegap, Bilbao, 2019

Sur l’esplanade du musée, suspendue au-dessus d’un des miroirs d’eau, la spectaculaire installation Sphère Lutetia, conçue par l’artiste en 1996 pour l’exposition collective «Les champs de la sculpture» (Champs-Élysées, Paris), accueille le visiteur. Bienvenue dans la quatrième dimension de Jesús Rafael Soto ! Cette création imposante fait partie de la rétrospective lui étant consacrée par le musée Guggenheim de Bilbao, en collaboration avec l’atelier Soto. Pour présenter cet artiste vénézuélien, qui a vécu en France et dont l’œuvre a connu un incroyable essor en Europe en quelque cinquante ans de travail, soixante œuvres ont été réunies, dont plusieurs sculptures participatives de grand format, appelées «Pénétrables». Ces installations, dans lesquelles chacun peut avancer au milieu de fils verticaux ou de barres métalliques, sont l’une des contributions les plus importantes et iconiques à l’histoire de l’art récente. Pour Soto, «spectateur et œuvre sont alors physiquement et inextricablement entremêlés». Un nombre important de tableaux et de pièces murales permet aussi au public de comprendre le rôle fondamental joué par cet artiste visionnaire dans l’évolution de l’art cinétique du début des années 1950 à la fin des années 1960. Qu’il s’agisse de compositions dynamiques ou de maquettes de mur optique, tout invite à la surprise. Certaines pièces sont suspendues, d’autres posées au sol, d’autres encore, aux formes aériennes, jaillissant du sol ou du plafond. Jusqu’à sa mort, survenue en 2005 à l’âge de 82 ans, Soto ne cessera de travailler, explorant toutes les matières et tous les ressorts du pictural pour en souligner l’instabilité, provoquer un trouble perceptif et convoquer nos sens. Tout est fait pour faire tanguer notre regard ou, pourquoi pas, nous faire chavirer.

Guggenheim Bilbao,
2, Abandoibarra Etorbidea, Bilbao, tél. : +34 944 35 90 00.
Jusqu’au 9 février 2020.
www.guggenheim-bilbao.eus
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne