Signac, les harmonies colorées au musée Jacquemart-André

Le 08 juin 2021, par Sylvie Blin
Paul Signac, Les Andelys. Soleil couchant, 1886, huile sur toile, 32,8 46,1 cm, collection particulière.

Avec près de 70 peintures et aquarelles, la plus importante collection d’œuvres de Paul Signac (1863-1935) en mains privées occupe les cimaises du musée jusqu’à l’été, et retrace la carrière du peintre, depuis ses débuts très précoces – une composition originale inédite réalisée sur une palette à l’âge de 19 ans – jusqu’à ses vues des ports de France des années 1920. C’est aussi toute l’aventure du néo-impressionnisme qui se déroule au fil des salles, avec des toiles de Cross, Lacombe, Laugé, Luce, Pissarro, Rysselberghe, entre autres, qui ponctuent le parcours. Seul manque Georges Seurat, présent avec deux dessins seulement : il est vrai que les quelques peintures de l’inventeur du divisionnisme se font encore plus rares sur le marché. L’accrochage permet donc de suivre l’évolution du jeune peintre admirateur de Monet, dont il adopte d’abord le style impressionniste, avant de faire sien le divisionnisme élaboré par Seurat. Il permet aussi de mesurer combien Signac, avec sa palette aux tons saturés, s’approche au plus près du fauvisme sans jamais y verser, montrant une fidélité radicale au néo-impressionnisme. Fidèle encore reste-t-il vis-à-vis de l’auteur d’Impression, soleil levant, dont il retient la leçon jusqu’à la fin de sa vie, dans de somptueux paysages presque monochromes. Toutes les nuances de son style et la diversité de ses influences – de Claude Gellée à Turner – sont ici déployées, de même que la richesse et la complexité du mouvement néo-impressionniste avec les compositions aux accents naturalistes de Luce et de Pissarro, décoratifs et symbolistes de Cross et de Lacombe, géométriques et lumineux chez Van Rysselberghe. Et si plusieurs tableaux, déjà vus dans d’autres expositions, nous sont presque familiers, nombre d’entre eux – et non des moindres – sont pour la première fois montrés au public.

Musée Jacquemart-André,
153, boulevard Haussmann, Paris VIII
e, tél. : 01 45 62 11 59
Jusqu’au 26 juillet 2021.
www.musee-jacquemart-andre.com
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne