Gazette Drouot logo print

Shterenberg, un artiste russe engagé

Publié le , par Anne Doridou-Heim
Vente le 06 novembre 2018 - 14:30 (CET) - Salle 7 - Hôtel Drouot - 75009

En enregistrant 109 200 €, cette Nature morte au vase rouge de David Petrovich Shterenberg (1881-1948) obtient un record français et le sixième plus haut résultat de l’artiste (source : Artnet). Ce peintre russe d’origine ukrainienne est peu présent sur le marché (trente-trois références seulement sur le site cité) et finalement...

David Petrovich Shterenberg (1881-1948), Nature morte au vase rouge, huile sur toile,... Shterenberg, un artiste russe engagé
David Petrovich Shterenberg (1881-1948), Nature morte au vase rouge, huile sur toile, 71,3 x 55,5 cm.
Adjugé : 109 200 €

En enregistrant 109 200 €, cette Nature morte au vase rouge de David Petrovich Shterenberg (1881-1948) obtient un record français et le sixième plus haut résultat de l’artiste (source : Artnet). Ce peintre russe d’origine ukrainienne est peu présent sur le marché (trente-trois références seulement sur le site cité) et finalement assez peu connu hors du cercle des spécialistes de l’école russe. Après avoir étudié à Odessa, il s’installe à Paris en 1906 et fréquente l’avant-garde sur les bancs de l’académie Vitti et à la Ruche, où il réside. Il découvre l’art de Cézanne et le cubisme, qui marqueront profondément son œuvre ultérieure, et expose dans les principaux salons de la capitale. Après la révolution d’Octobre, il choisira de rentrer en Russie et, socialement impliqué dans le développement culturel de la nouvelle patrie, sera l’un des organisateurs avec Naum Gabo et Natan Altman de la première exposition d’art russe à Berlin (1922). Pourtant, petit à petit, sa peinture sera jugée trop indépendante et pas assez en ligne avec le réalisme soviétique. Il perdra la faveur des autorités, et donc du public. Son style dépouillé, marqué par les contrastes colorés et des lignes clairement dessinées, est aujourd’hui revenu sur le devant de la scène. Lors de la même vacation, essentiellement dédiée à l’art russe et caucasien, deux signatures caractéristiques de l’âme arménienne se démarquaient aussi. Martiros Sarian (1880-1972) se souvenait des églises du monastère de Sevanavanck sur Le Lac Sévan, de 1954 (32 500 €), et Bashindjagian Gevorg Zakharovitch (1857-1925), d’un soir paisible et de Clair de lune sur la Kura à Tiflis (37 700 €).

mardi 06 novembre 2018 - 14:30 (CET) - Live
Salle 7 - Hôtel Drouot - 75009
De Baecque et Associés ,
Leclere - Maison de ventes
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne