Shapes in Silence

Le 28 mai 2019, par Jean-Louis Gaillemin

Galerie Dutko - île Saint-Louis, 4, rue de Bretonvilliers, Paris IVe, tél. : 01 43 26 17 77, www.dutko.com
Jusqu’au 22 juin 2019.

«Shapes in Silence», galerie Dutko, sculpture de Matthias Contzen (né en 1964) et peinture de Tom Henderson (né en 1976).
© Galerie Dutko

L’un s’attaque au volume du marbre, l’autre à l’apparente planéité du Plexi. Le premier creuse, fore, explore l’énigmatique cube arrivé de la carrière, l’autre découpe, griffe, peint, reconstruit ses plaques. Les deux sont à la recherche des structures et diagrammes qui habitent la matière et l’espace. Le geste et la main témoignent du calcul et des rythmes qui animent le visible. C’est à la suite d’un breakdown que Matthias Contzen réanime son corps par le yoga et explore les espaces qui l’entourent. Au dessin préparatoire jusque-là pratiqué succèdent la contemplation et la méditation qui font apparaître l’image, résultante d’invisibles vibrations. Des structures microscopiques – évoquant les radiolaires d’Ernst Haeckel – aux constellations spatiales, des lignes et des chiffres s’imposent, un dynamisme se révèle. Exploration des virtualités du matériau pour Tom Henderson : aux traces vigoureuses du pinceau s’opposent ici les sillons orthogonaux de la règle qui cherche à imposer l’ordre au chaos. En résultent quelques carrés mis à nu. Ailleurs, ce sont les rayures colorées qui chuchotent nerveusement des deux côtés de la lame, ou la couleur qui se diffuse dans les failles de la découpe. Ironiques, quelques pliages de trames textiles jouent de leur moire. Jean-Jacques Dutko a confronté avec brio ces deux explorations silencieuses du monde dans le vaste espace de sa galerie de l’île Saint-Louis. Au centre, l’extraordinaire Mandala de carottes de marbre, fruit d’une mise en place méditative et musicale de cinq jours.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne