facebook
Gazette Drouot logo print

Shannon Bool. Promiscuités

Le 12 mars 2019, par Zaha Redman

Centre culturel canadien. 130, rue du Faubourg- Saint-Honoré, Paris VIIIe, tél. : 01 44 43 21 90. www.canada-culture.org - Jusqu’au 5 avril 2019.

Shannon Bool. Promiscuités
Shannon Bool (née en 1972), Maison locative Ponsik, 2018, tapisserie Jacquard, broderie, 209 325 cm.
© Shannon Bool

La déconstruction de l’architecture moderniste et une lecture anticolonialiste de l’art sont affichées ici sans ambages. Avec trois tropismes  les projets algérois de Le Corbusier, le regard masculin colonial sur les femmes maghrébines, une idée de sexualisation des espaces autour de la figure et surtout de l’arrière-train potelé de Kim Kardashian , Shannon Bool déroule un parcours étonnant, une installation qui conjugue la tapisserie, la photographie et la sérigraphie, le marbre ou la sculpture métallique. L’artiste canadienne Shannon Bool reprend les plans de projets algérois de Le Corbusier, jamais réalisés, pour les «sexualiser» à outrance avec des corps de femmes inspirés de l’iconographie orientaliste et coloniale (Delacroix, Matisse, Picasso, Le Corbusier, photographies érotiques, etc.). L’ensemble produit un effet certain. Si les tapisseries en Jacquard, impressionnantes pièces maîtresses de l’exposition, évoquent l’imagerie numérique, cet intéressant court-circuit entre l’univers digital et une technique de tissage traditionnel vaut le détour. Frôlant le grotesque, plutôt théâtral, la critique semble percutante. Deux interrogations surgissent néanmoins, et non des moindres : la singulière lourdeur du lieu de l’exposition (post-moderne plutôt pompier, qui appelle quant à lui une sérieuse «déconstruction») et des œuvres, la préciosité de tout le dispositif, ne ruinent-ils pas l’échafaudage longuement médité par Shannon Bool ? Le flirt appuyé avec le luxe des marbres, des tapisseries, des citations nombreuses de l’habitation de Kim Kardashian, la critique du goût et de l’intimité bourgeoise, dont Le Corbusier est devenu une icône, mais avec des matières et des formes si élégantes et raffinées, ne se situent-ils pas aux antipodes du discours radical affiché par l’artiste ?

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne