facebook
Gazette Drouot logo print

Sérusier sous le charme d’un conte de fées breton

Le 03 mai 2018, par Philippe Dufour

Que peuvent bien se dire les protagonistes de cette antique légende ? Dans une prairie de Bretagne, une fée vêtue d’une robe rouge et portant hennin, semble délivrer ses prédictions à trois vieilles paysannes encapuchonnées. Son auteur ne peut être que Paul Sérusier, admirateur inconditionnel des us et coutumes de la province…

Sérusier sous le charme d’un conte de fées breton
Paul Sérusier (1864-1927), Les Trois Paysannes et la Fée, 1915, détrempe sur carton marouflé sur panneau, 103 x 64,5 cm.
Adjugé : 39 000 €

Que peuvent bien se dire les protagonistes de cette antique légende ? Dans une prairie de Bretagne, une fée vêtue d’une robe rouge et portant hennin, semble délivrer ses prédictions à trois vieilles paysannes encapuchonnées. Son auteur ne peut être que Paul Sérusier, admirateur inconditionnel des us et coutumes de la province celtique ; il s’installera d’ailleurs en 1893 à Châteauneuf-du-Faou, dans le Finistère, en compagnie de la Polonaise Gabriella Zapolska. Dès cette décennie, le peintre nabi puise son inspiration dans les fresques et les tapisseries de la fin du Moyen Âge, qui vont donner un tour décoratif à ses productions. L’œuvre, datée 1915, est emblématique de ce retour aux temps médiévaux prôné par Sérusier ; elle a appartenu à la collection personnelle de Marcel Guicheteau, le spécialiste de l’artiste et rédacteur de son catalogue raisonné. Dans cet ouvrage, paru en 1976, la peinture apparaît, reproduite, sous le numéro 357, page 274. Du dernier tiers du XIIIe siècle, une autre pièce pouvait prétendre à un bon score : il s’agissait d’une grande Vierge à l’Enfant assise en majesté, d’une hauteur de 114 cm. Sculptée dans le noyer en Touraine, cette statue nécessitait la somme de 10 920 €. Dans un tout autre domaine, une petite bague faisait sensation : il faut préciser qu’elle était ornée, fait assez rare, non pas d’une pierre précieuse, mais d’une montre. Pour la passer au doigt, vous deviez débourser 4 920 €. Tout aussi décoratif, mais venu de la Chine impériale, un vase de forme bouteille décoré d’indispensables chauves-souris porte-bonheur était adjugé 4 260 €. 

tableaux anciens, tableaux modernes, Haute Époque, objets de vitrine, art d'Asie, objets d'art et d'ameublement, meubles anciens et de style
samedi 21 avril 2018 - 14:00 (CEST)
112, rue de Souché - 79000 Niort
Deux-Sèvres enchères & expertises
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne