Gazette Drouot logo print

Sayed Haider Raza : le sentiment d’un lieu

Publié le , par Claire Papon

En Inde, son pays natal, Sayed Haider Raza est considéré comme le plus grand peintre contemporain. Quatre de ses toiles des années 1950-1970 sont proposées. Retour aux sources…

Sayed Haider Raza : le sentiment d’un lieu
Sayed Haider Raza (1922-2016), Les Vergers, 1966, huile sur toile, 100 100 cm.
Estimation : 80 000/100 000 

Né à Barbara, dans le centre de l’Inde, formé à l’école des beaux-arts de Nagour, puis à Bombay, Raza intègre, grâce à une bourse offerte par son pays et la France, les Beaux-Arts de Paris en 1950. Ce cursus lui permet d’acquérir les techniques occidentales de la peinture qui, associées à ses souvenirs d’enfance, voient son identité artistique s’affirmer. Aux paysages construits et colorés succèdent, dans les années 1950-1960, des œuvres abstraites, des compositions où signes et formes fluides sont baignés de lumières incandescentes. Nos peintures ont été accrochées à la galerie Lara Vincy, rue de Seine – première à exposer l’artiste à Paris en 1958 –, avant d’entrer dans une collection privée française. Comptez 120 000/180 000 € pour La Terre 4, 1970, 70 000/90 000 € pour le Ciel, 1966, 80 000/100 000 € pour Les Vergers, 1966 (voir photo), 25 000/30 000 € pour Le Village, une toile de 1953. Au contact de ses retours en Inde, le cercle devient, dès les années 1980, la figure centrale de ce monde de couleurs chaudes. C’est le bindu, le grand point noir d’où naît la création. La lumière, puis les formes et les couleurs mais aussi les vibrations, l’énergie, le son, l’espace et le temps…

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne