facebook
Gazette Drouot logo print

Sagesse du Bouddha et pins de longévité

Le 13 décembre 2018, par Philippe Dufour

Parmi les lots phares d’une vente au parfum d’Asie, un petit bouddha en bronze doré retenait l’attention d’un public tout acquis, atteignant l’illumination pour 82 150 €. La statuette sino-tibétaine représentait l’Éveillé assis en méditation sur un lotus, effectuant le geste de la prise à la terre à témoin, ou bhumisparsa…

Sagesse du Bouddha et pins de longévité
Art sino-tibétain, statuette en bronze doré représentant Bouddha assis en méditation sur un lotus, marque apocryphe «Ming», h. 22  cm.
Adjugé : 82 150 €

Parmi les lots phares d’une vente au parfum d’Asie, un petit bouddha en bronze doré retenait l’attention d’un public tout acquis, atteignant l’illumination pour 82 150 €. La statuette sino-tibétaine représentait l’Éveillé assis en méditation sur un lotus, effectuant le geste de la prise à la terre à témoin, ou bhumisparsa mudra, et portait une marque apocryphe Ming. C’est à partir de cette illustre dynastie (1368-1644), que les échanges entre la Chine et le lieu de naissance du bouddhisme tantrique se multiplient : beaucoup d’objets chinois étaient envoyés dans les monastères du Tibet, tandis que les artisans tibétains venaient travailler dans le Céleste Empire. Ceci créant très vite un syncrétisme stylistique… Venait ensuite une plaque double face en jade céladon ciselé, qui subissait aussi le feu des enchères ; datant de la période Kangxi (1654-1722), elle est décorée en bas relief d’une assemblée de lettrés et de sages devisant sous les pins de longévité et parmi des pics montagneux : elle prenait elle aussi de la hauteur engrangeant 40 640 €. Une importante Guanyin en pleine méditation était aussi présente, tout en bronze doré, son drapé finement gravé de motifs naturalistes, coiffée d’un bouddha et d’époque Ming, elle remportait 33 020 €. Et pour clore ce riche chapitre asiatique, relevons encore les 6 625 € d’une coupe octogonale en jade jaune datant du XIXe siècle, finement sculptée de masques de taoties et de dragons stylisés, dotée d’une base présentant une guirlande de ruyi. Gagnons ensuite l’Afrique avec la deuxième partie de la vente, dévolue aux arts premiers, d’où émergeait notamment un masque cimier du Cameroun. Utilisé dans les cérémonies de danse dans la région des Grasslands, il relève du style Mabuh, d’un expressionisme spectaculaire, alors que trois panthères sculptées sur la tête trahissent une appartenance royale ou princière. Il était à vous pour 8 890 €. 

Art d'Asie, arts premiers
jeudi 06 décembre 2018 - 10:00 (CET) - Live
31, boulevard d'Alsace - 06400 Cannes
Pichon & Noudel-Deniau (Azur Enchères)
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne