Gazette Drouot logo print

Royale, une clé fabriquée par Louis XVI

Publié le , par Sophie Reyssat
Vente le 11 juillet 2021 - 14:00 (CEST) - Hôtel des ventes du Château, 13, avenue de Saint-Cloud - 78000 Versailles

Rassemblant des souvenirs de la royauté, cette dispersion met en avant ceux du règne de Louis XVI.

Souvenir de Louis XVI, coffret en cuivre doré, couvercle ciselé, gravé et découpé... Royale, une clé fabriquée par Louis XVI
Souvenir de Louis XVI, coffret en cuivre doré, couvercle ciselé, gravé et découpé à jours, les côtés gravés de vases fleuris, 7,3 4,7  4,2 cm, serrure en acier bleui à quatre pennes formée de deux «L» affrontés et de rinceaux découpés, clé à jour de forme ovale et à tige ronde. 
Estimation : 20 000/30 000 

Les sciences appliquées et les arts requérant des techniques et des mécanismes savants ont intéressé bien des souverains. Louis XVI n’a pas fait exception. Au dernier étage de la cour des Cerfs, à Versailles, il s’était fait aménager des ateliers de physique, de mécanique, de chimie, de menuiserie, d’horlogerie et de serrurerie, mais aussi une forge et une galerie d’électricité. «Le roi aimait beaucoup la mécanique et son ouvrage de récréation était la serrurerie», apprend-on dans les Mémoires de Weber. Ce penchant lui valut d’être représenté en artisan de cette profession par les caricaturistes de la Révolution. Notamment grâce à l’enseignement de Nicolas Gamain, serrurier des bâtiments du Roi, Louis XVI était passé maître dans cet art. On lui attribue d’ailleurs un ouvrage théorique signé du pseudonyme Feutry. Cette «boîte dont Louis XVI a fait la clef et la serrure», comme le mentionne une note manuscrite de Pierre Margy – historien et conservateur adjoint aux Archives nationales –, qui en fit l’acquisition au XIXe siècle, illustre à merveille la royale passion. Pendant ce temps-là, à la cour, la noblesse soignait l’art du paraître, comme en témoigne une épée signée par les fourbisseurs Bougues et Giverne : sa monture en or et émail bleu de roi est enrichie de près de 330 diamants (150 00/200 000 €, voir l'article Une épée d’époque Louis XVI sertie comme un bijou de la Gazette n° 26, page 20). Une montre de la seconde moitié du XVIIIe siècle associera technicité et raffinement : signée par l’horloger du roi Jean-Antoine Lépine – célèbre pour ses travaux sur le quantième perpétuel et les phases de la lune, son invention du calibre portant son nom, et le perfectionnement de l’échappement à virgule de Jean-André Lepaute –, elle présente un mouvement à coq orné de rinceaux surmontés par une couronne fleurdelisée sertie de strass. Environ 17 500 € seront requis pour ce modèle.

dimanche 11 juillet 2021 - 14:00 (CEST) - Live
Hôtel des ventes du Château, 13, avenue de Saint-Cloud - 78000 Versailles
Osenat
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne