Gazette Drouot logo print

Retour à Versailles pour l’empereur Auguste

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 31 janvier 2021 - 13:00 (CET) - 1, rue de la Petite-Cité - 27000 Evreux

L’étude préparatoire de Champaigne a bénéficié d’une préemption du château royal, alors que l’inspiration océanique d’un Méheut et le design italien trouvaient aussi leur public.

Jean-Baptiste de Champaigne (1631-1681), Auguste recevant une ambassade d’Indiens,... Retour à Versailles pour l’empereur Auguste
Jean-Baptiste de Champaigne (1631-1681), Auguste recevant une ambassade d’Indiens, vers 1672, huile sur toile, 30,7 60,2 cm.
Adjugé : 96 720 

Analysée dans la Gazette n° (voir l'article Modello pour le salon de Mercure à Versailles page 91), la toile majestueuse de Jean-Baptiste de Champaigne peinte vers 1672, Auguste recevant une ambassade d’Indiens, a fait l’objet d’une bataille d’enchères, avant d’être préemptée à hauteur de 96 720 € par le château de Versailles. Soulignons que cette acquisition était d’autant plus justifiée qu’il s’agit de l’étude préparatoire, ou modello (30,7 60,2 cm), d’une peinture décorant la voussure ouest du plafond du salon de Mercure au palais du Roi-Soleil. Neveu de Philippe de Champaigne, Jean-Baptiste était un peintre très apprécié du monarque, reçu à l’Académie royale de peinture en 1663, et œuvrant pour ses différentes résidences, de Versailles aux Tuileries, en passant par Vincennes. Plus abordable avec 8 184 €, se laissait adopter une paire de portraits en pied (203 87 cm) d’un Homme en rouge et d’un autre Homme en bleu, des toiles de l’école française du XVIIIe siècle. Sur les cimaises encore, un Portrait de jeune garçon (142 111,8 cm), issu de l’entourage de John Constable, requérait 7 936 €. Rendez-vous au grand air ensuite, avec une sculpture de François Méheut, un groupe en bronze (31 58 cm) à la patine brun-vert nuancée et mettant en scène Quatre marins luttant contre le vent ; le sujet signé de l’artiste, aux volumes aussi rudes que les hommes représentés, est une fonte «Susse» comme l’indique une pastille, et est numéroté «5». Il changeait de mains contre 11 160 €. Pour le même prix, on pouvait aussi déménager un mobilier de salon imaginé par le duo italien Afra Bianchin et Tobia Scarpa du modèle «Soriana», en acier chromé et velours côtelé, comprenant un canapé, un fauteuil et un pouf.

Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne